Laurent Fabius, ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, a inauguré, en compagnie de Daniel Lebègue, directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations, et Francis Mayer, vice...

Laurent Fabius, ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, a inauguré, en compagnie de Daniel Lebègue, directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations, et Francis Mayer, vice-président de la Banque Européenne d’Investissement (BEI), le «fonds de co-investissement pour les jeunes entreprises». Ce fonds, dont la vocation est de soutenir le financement des entreprises technologiques, doté de 90 millions d’euros, est constitué sous forme de fonds commun de placement à risque à procédure allégée. Il bénéficiera des récentes améliorations apportées à ce régime. L’Etat, le FEI et la CDC souscriront à parts égales, à hauteur de 30 millions d’euros chacun, les parts du fonds de co-investissement pour les jeunes entreprises. Objectif de ce fonds: prendre des participations minoritaires dans des entreprises technologiques françaises de moins de 7 ans, à la demande et aux côtés de fonds d’investissement établis dans des pays de l’Union européenne. Il interviendra dans les secteurs où les financements privés sont les plus difficiles à mobiliser, notamment dans le secteur des biotechnologies. Concernant les tours de refinancement, l’investissement unitaire du fonds doit être supérieur à 300 Keuros et inférieur à 3 Meuros. Lorsqu’il s’agit d’un premier tour de financement, le montant total du tour de table doit être supérieur à 1 Meuros et la participation du fonds ne pourra dépasser 20 % du capital de la société. La gestion du fonds de co-investissement pour les jeunes entreprises sera assurée par une équipe dédiée, située au sein de FPCR Gestion, société de gestion dont le capital est détenu par CDC PME, filiale de capital-investissement de la Caisse des Dépôts. Ce dispositif prolonge les mesures déjà prises par le gouvernement en faveur de l’investissement en capital, notamment la création du fonds public et du fonds de promotion pour le capital-risque, ainsi que l’appel à projet «incubation et capital-amorçage». (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 8/02/2002)