Actionnaire minoritaire qui compte bien se faire entendre, Carl Icahn a demandé à la banque Lazard un rapport sur l'état de Time Warner ainsi que des recommandations pour le futur du géant des...

Actionnaire minoritaire qui compte bien se faire entendre, Carl Icahn a demandé à la banque Lazard un rapport sur l'état de Time Warner ainsi que des recommandations pour le futur du géant des médias. C'est donc à New York que le "show" s'est déroulé. Et la conclusion de la banque d'affaires a été édifiante : Time Warner doit se séparer d'AOL.
 
Cependant, à l'heure où Internet devient le moyen privilégié de diffusion de contenu, certains jugent la décision absurde. Peu importe, Carl Icahn est décidé à se faire entendre. Il a donc contacté la banque dirigée par Bruce Wassertein, dont le nom est synonyme de l'agressivité des milieux financiers des années 80. Et Wassertein jure n'avoir été sous aucune influence pour cette prise de décision.
 
La proposition qu'Icahn cherche à faire adopter est une séparation en quatre du groupe Time Warner. Parmi ces différentes entités, AOL retrouverait son indépendance : AOL, Time Warner (TW) Cable, TW Publishing et TW Entertainment. "Time Warner a été géré pour le court-terme", a déclaré Wassertein. "Depuis 2002, quasiment toutes les décisions stratégiques ont été mauvaises".
 
Cependant, avec ses alliés, Carl Icahn ne rassemble que 3,3 % des actionnaires. Time Warner a promis d'étudier le rapport et a indiqué : "Nous sommes sur le bon chemin".
 
A ce sujet, lire aussi :

AOL/Google : les modalités de l'accord : publicité, vidéos et... messagerie ! (21/12/2005)

(Atelier groupe BNP Paribas - 10/02/2006)