Sur le secteur de la haute technologie, les Etats-Unis perdent de la vitesse. C'est ce qui ressort d'un récent rapport publié par un groupe d'experts sur l'avenir de l'innovation américaine. Ils...

Sur le secteur de la haute technologie, les Etats-Unis perdent de la vitesse. C'est ce qui ressort d'un récent rapport publié par un groupe d'experts sur l'avenir de l'innovation américaine. Ils mettent en doute la pérennité de la domination américaine dans ce domaine, estimant que la part des exportations de haute technologie qui partent des Etats-Unis est passée de 31 % il y a 20 ans à 18 % aujourd'hui.

Autres signes du temps : la stagnation des subventions publiques pour la recherche et une baisse de la croissance en ce qui concerne les projets de recherche et développement. Si les Etats-Unis risquent leur place de leader, c'est en grande partie parce que le pays manque de travailleurs qualifiés dans le domaine de la recherche.

Les plus jeunes boudent les filières scientifiques : le rapport souligne qu' entre 1994 et 2001 le nombre d'inscriptions a baissé de 10 % mais augmenté de 25 % en ce qui concerne les étudiants nés à l'étranger. C'est sur eux que les Etats-Unis devront miser s'ils souhaitent maintenir leur rang.

En attendant, la part des exportations américaines baisse, au profit d'autres zones géographiques. Des pays comme la Chine ou encore la Corée du Sud ont, eux, vu leur part d'exportations passer de 7 % à 25 % entre 1980 et 2001 ! Les pays asiatiques délivrent aussi de plus en plus de diplômes techniques : leurs universités en ont accordé 1,2 million en l'an 2000. Les Etats-Unis fon pâle figure, avec un nombre de 500.000 diplômes délivrés cette année-là. Même l'Europe dépasse le pays de l'Oncle Sam : en 2000, 850.000 diplômes techniques y ont été délivrés...

(Atelier groupe BNP Paribas - 18/02/2005)