Une équipe de scientifiques écossais annonce avoir réussi à inverser l'effet Casimir, qui provoque l'attraction des micro-objets entre eux. Cette découverte pourrait améliorer leur fonctionnement des nanomachines...

Une équipe de scientifiques écossais annonce avoir réussi à inverser l'effet Casimir, qui provoque l'attraction des micro-objets entre eux. Cette découverte pourrait améliorer leur fonctionnement des nanomachines.
 
Des scientifiques des l'université écossaise de St Andrews annoncent avoir découvert un nouveau moyen de faire léviter de petits objets. Pour y parvenir, l'équipe s'est attaquée aux lois de la nature et a réussi à inverser le phénomène connu sous le nom d'effet Casimir, et qui pousse en règle générale les structures infiniment petites à se coller entre elles par la force quantique. Cette découverte devrait résoudre un problème majeur pour les scientifiques, celui de l'attraction des petits objets entre eux au sein des actuelles nanomachines.
 
Inverser l'effet Casimir
 
"En maîtrisant l'effet Casimir, nous pourrions développer des micro et nano machines fonctionnant d'une manière plus modulée et avec moins ou pas du tout de friction", explique le professeur Ulf Leonhardt de l'University's School of Physics & Astronomy. Découvert en 1948 mais mesuré pour la première fois seulement en 1997, l'effet Casimir - dont les effets peuvent être constatés sur les geckos, des petits lézards capables d'adhérer à une surface sans tomber - est dû aux fluctuations quantiques du vide. En l'inversant, les scientifiques souhaitent permettre à deux objets de se repousser plutôt que d'être attirés l'un à l'autre. Dans ce but, ils utilisent une lentille spéciale qui, placée entre les deux structures, déclenche l'effet de répulsion.
 
Une découverte inapplicable à l'homme
 
"Pour réduire la friction, la possibilité de séparer les objets pourrait être l'unique solution. A la place d'adhérer les unes aux autres, les différents échantillons de micromachines léviteraient", ajoute le professeur Leonhardt. Pour ceux qui rêvent d'effet d'apesanteur, il faudra encore attendre. "Pour le moment, cette pratique est uniquement applicable aux micro-objets. La force quantique y est en effet minime et de faible portée. La lévitation d'êtres humains reste du domaine des dessins animés, des contes de fées et du paranormal", conclut Ulf Leonhardt.
 
 
Illustration de l'effet Casimir

 
A ce sujet voir aussi :

Première pierre posée pour la machine à voyager dans le temps (06/08/2007)
Les nanotechnologies volent au secours de la médecine (22/06/2007)
Le site du professeur Leonhardt consacré à la lévitation

(Atelier groupe BNP Paribas – 09/08/2007)