La première étape de la procédure d'attribution des licences Wimax sur le territoire national s'est achevée vendredi. Opérateurs de télécommunications, fournisseurs d'accès à Internet (FAI) ou...

La première étape de la procédure d'attribution des licences Wimax sur le territoire national s'est achevée vendredi. Opérateurs de télécommunications, fournisseurs d'accès à Internet (FAI) ou collectivités locales : au total, l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a enregistré le dépôt d'une quarantaine de lettres d'intention.

Les acteurs intéressés par une licence Wimax auront ensuite jusqu'au 6 janvier 2006 pour déposer les candidatures proprement dites. Les lettres d'intention permettront à l'Arcep de se faire une première idée des "différentes possibilités de mutualisation" des fréquences, avant d'effectuer en janvier un "bilan des demandes afin d'évaluer la rareté éventuelle des fréquences région par région".

Plusieurs candidats ont exprimé leur intention de postuler sur toutes les régions dont France Télécom, qui souhaite compléter sa couverture du territoire en haut débit, et Club Internet ou Neuf Cegetel. Les câblo-opérateurs Noos et Numéricâble seront condidats dans les régions où sont implantés leurs réseaux. Côté opérateurs, rappelons que Free a déjà mis la main sur la seule licence délivrée au niveau national grâce au rachat d'Altitude Telecom .

Selon le quotidien Les Echos , 19 collectivités locales auraient exprimé leur intérêt : Alsace, Aquitaine, Bretagne, Corse, Haute-Normandie et Rhône-Alpes pour les régions ; Ain, Ariège, Limousin, Loiret, Sarthe, Moselle Oise, Nièvre ou Jura pour les départements ; Tours, Rennes et Angoulême pour les villes.

Le Wimax ( World Interoperability for Microwave Acces ) est une solution d'accès sans fil haut débit à Internet qui permet d'établir des connexions sur de bien plus grandes distances que le Wi-Fi (plusieurs dizaines de kilomètres contre quelques centaines de mètres) et autorise un grand nombre de connexions simultanées. Il se présente comme une alternative à l'ADSL pour apporter le haut débit dans les régions rurales ou à faible densité de population.

(Atelier groupe BNP Paribas - 17/10/05)