Alors que l'on constate une augmentation générale des achats sur le web par rapport à l'année 2010, les internautes auraient quelques difficultés à se tourner vers le e-commerce pour l'achat de produits de grande consommation.

En ligne, tous les produits ne suscitent pas l'intérêt des consommateurs

Les internautes réticents à faire leurs courses de produits de grande consommation et de consommation courante sur internet ? Une partie en tout cas, affirment The Integer Group, agence spécialisée dans le marketing, et M/A/R/C Research dans une étude. Cette dernière avance en effet que seuls 25% des individus effectuant des achats sur internet affirment avoir déjà acquis des produits de grande consommation sur un e-supermarché. Parmi les raisons invoquées à ce manque d'engouement, on trouve en première place la crainte face aux dates de péremption des produits achetés ou encore les frais de port trop élevés. Selon Craig Elston, vice-président de Integer, faire ses courses en ligne est un concept que la majorité des internautes doivent encore adopter. Il serait donc nécessaire de faire évoluer "les conventions profondément enracinées quant au comportement d'achat des internautes".

Les plus de 40 ans en première ligne

Alors que depuis de nombreuses années, les jeunes générations sont en tête concernant l'achat en ligne, on constate que les « boomers » commencent à prendre du terrain. En effet, selon l'étude, la tranche d'âge la plus concernée par les achats de produits de grande consommation se situerait au delà de 40 ans. Ainsi, plus de la moitié des 50-54 ans achèteraient plutôt leurs produits de beauté et pharmaceutiques sur des sites en ligne (52%) alors que les 45-49 ans y achètent des produits d'alimentation générale et des boissons (29%). D'après Craig Elston, ceux-ci se tourneraient plus facilement vers le commerce en ligne car "ils savent quels produits leurs conviennent, surtout lorsqu'il s'agit de produits d'hygiène et de beauté". Comme l'un des premiers facteurs d'achat en ligne est de dénicher des bonnes affaires, "il est logique que plus cette tranche d'âge améliore ses compétences informatiques, plus le volume de leurs achats en ligne augmente", explique-t-il.

Atteindre un marché plus large

La cible prioritaire serait donc les plus de 40 ans ? Pas d'après l'étude. Celle-ci rappelle en effet qu'en 2010, de manière globale, les achats en ligne ont augmenté pour toutes les tranches d'âge. Il serait donc nécessaire de viser également les jeunes actifs. "Plus les personnes sont accaparées par leur travail et pressées, plus la flexibilité et la simplicité de l'achat en ligne peuvent leur paraître séduisantes", ajoute Randy Wahl, sous-directeur de M/A/R/C Research. Celui-ci conseille alors en priorité aux commerces en ligne d'éliminer tous frais de port, et en particulier pour l'achat de produits de grande consommation. En effet, alors que le fait de ne pas appliquer des frais de port apparaissait jusque là comme un avantage concurrentiel, sa démocratisation fait que les rares sites l'appliquant encore se voient maintenant désavantagés. "Nous pensons effectivement que les industriels et e-commerçants auront beaucoup à gagner s'ils aident les consommateurs à surmonter ce genre d'obstacles concernant l'achat en ligne", conclut Randy Wahl.

Rédigé par Aurore Geraud
Responsable éditoriale