Forts de leur succès aux Etats-Unis, les eReaders devraient séduire aussi de ce côté-ci de l'Atlantique. Grâce, notamment à une utilisation pédagogique et à un choix de langues plus important.

Le livre numérique à la conquête de l'Europe

Le marché du livre numérique, encore confidentiel dans la région Europe,  Moyen Orient et Afrique (EMEA) devrait faire une percée d'ici à 2015. C'est ce que prédit une étude menée par IDC qui souligne qu'en 2010, près de deux millions de eReaders ont été distribués dans la zone et en particulier en Europe de l'ouest. D'après le cabinet, près de dix millions d'unités devraient être vendues d'ici à 2015, soit l'équivalent du marché nord-américain. Cela représenterait donc une croissance d'environ 38% par an sur la période.  Comme l'explique un des auteurs de l'étude : "Ce produit n'en est encore qu'à ses débuts, pour autant la baisse progressive des prix et  son utilisation comme outil pédagogique devraient stimuler les ventes."

Des caractéristiques intéressantes

Le rapport insiste sur l'idée que cet appareil ne sera plus seulement un gadget, mais va devenir un véritable outil, distinct des tablettes traditionnelles. Depuis son apparition en 2007 aux États-Unis, il a été largement plébiscité du public américain, et particulièrement dans les universités, les écoles et les bibliothèques publiques. Une tendance qui touche aussi les marchés européens. Par ailleurs, les technologies d'encre numérique et les batteries à très longue durée, facilitent la qualité de la lecture et l'autonomie de cet outil. Un facteur important pour le public européen, avide de lecture. Le prix est également un élément important. Il est beaucoup plus bas que celui d’une tablette.

Augmenter la gamme des langues disponibles

D'après l'étude, les revenus dégagés par les lecteurs électroniques proviendront des contenus plutôt que de l'appareil en lui-même. Les constructeurs sont en train d'anticiper cette tendance même si l'un des premiers à avoir saisi cette opportunité est Amazon avec son Kindle. Il représente près de 35 % des parts de marché en Europe. On trouve cependant encore assez peu de contenus dans une langue autre que l’anglais. C'est notamment pour cette raison qu'en Europe, c'est au Royaume Unis que les ventes de eReaders ont été les plus importantes, suivi de l'Allemagne et de la France. Selon l'étude, la stratégie des grandes marques de livres numériques consistera donc à élargir le choix des langues disponibles dans les prochaines années.