Entre 2007 et 2011, le chiffre d'affaires généré par la vente de logiciels accessibles en tant que services sur Internet va doubler. Quelques secteurs ne se laissent pourtant pas séduire...

Entre 2007 et 2011, le chiffre d'affaires généré par la vente de logiciels accessibles en tant que services sur Internet va doubler. Quelques secteurs ne se laissent pourtant pas séduire.
 
Le marché du Saas (Software As A Service), puisque c'est de lui dont il s'agit, va connaître une croissance de plus de 20% par an durant cette période. Pour mémoire, IDC et L'EITO estimaient celle des logiciels traditionnels autour de 6,5% en 2007. Le cabinet d'analystes Gartner met dans le même sac les éditeurs qui développent les logiciels et les prestataires qui les mettent à disposition ou encore ceux qui les administrent. Sont par contre exclus tous les outils de développement et ceux dédiés à la gestion de projet.
 
Un taux de pénétration plus que variable
 
Ces derniers sont pourtant un des secteurs où les services sur le Web abondent, même si la maturité n'est pas encore au rendez-vous. La pénétration de ce type d'outils est variable selon les marchés.
Le Gartner estime qu'elle pourra varier de 1% à 75% ! C'est dans des secteurs comme la gestion de contenu d'entreprises - ECM pour Entreprise Content Management - que celle-ci sera la plus minime, alors qu'elle connaîtra son apogée dans l'apprentissage à distance (e-learning) et la conférence Web.
 
Une alternative pour les PME
 

Si le Saas est déjà incontournable dans l'automatisation des forces de vente (aire de jeu de Salesforce.com), le logiciel en tant que service sur le Web gagne du terrain dans les domaines de la conformité, de la gestion des risques, l'optimisation des approvisionnements et les systèmes intégrés pour les petites entreprises. Chance pour les fournisseurs "Sassiens", les éditeurs traditionnels transforment leurs produits pour les mettre au goût du jour. C'est-à-dire au goût des architectures orientées services.
Cette transformation a un coût qui n'est pas forcement soutenable pour les PME, qui verront dans le Saas une alternative intéressante.

(Atelier groupe BNP Paribas – 09/08/2007)