Ils portent bien leur nom. Les logiciels espion (spywares), qui peuvent se loger dans le disque dur d'un ordinateur, permettent tout simplement à leurs concepteurs de lire à livre ouvert dans les ...

Ils portent bien leur nom. Les logiciels espion (spywares), qui peuvent se loger dans le disque dur d’un ordinateur, permettent tout simplement à leurs concepteurs de lire à livre ouvert dans les fichiers de la machine. Consulter les documents Word de l’utilisateur, transférer des documents confidentiels d’une entreprise à des tiers, prendre note des chiffres correspondant au numéro de carte bleue que l’utilisateur est en train de saisir… Le domaine d’action de ces logiciels espion est pour le moins étendu !

Comment ces logiciels se frayent-ils un chemin jusqu’au disque dur ? En profitant du téléchargement d’autres programmes. En juin dernier, des adeptes de Kazaa, réseau d’échange de fichiers, ont téléchargé le spyware « Spybot.gen » en téléchargeant les jeux vidéo « Battlefield 1942 » et « FIFA Football 2003 ». Spybot aurait ainsi infecté plus de 20.000 ordinateurs dans le monde.

Tous les logiciels espion ne sont pas aussi dangereux que Spybot. Il en existe différents types, à l’instar des adwares, dont chaque internaute fait les frais. Ces logiciels permettent aux entreprises commerciales, à partir de l’observation de la navigation d’un internaute, de lui transmettre des pop-ups en fonction de ses goûts, habitudes, etc.

Illégaux, les adwares ? Absolument pas, puisque c’est l’internaute lui-même qui en a accepté l’installation, en validant les conditions d’utilisation d’un service, ou d’un réseau sur Internet.

La menace pèse sur la protection de la vie privée de chacun mais surtout sur la sécurité des réseaux d’entreprise. Une entreprise européenne sur trois a déjà détecté un spyware sur son réseau informatique. Les données confidentielles sont alors menacées par ces logiciels capables de les consulter, de les transférer, etc.

Les recommandations des spécialistes de la sécurité aux utilisateurs sont les suivantes : il est nécessaire de bien lire les licences d’utilisation des logiciels et services avant de les télécharger, et une désinstallation des programmes rarement utilisés doit être effectuée régulièrement.

(Atelier groupe BNP Paribas – 31/10/2003)