L'Assemblée Nationale se met à l'open source: à partir de juin 2007, les PC des députés seront équipés de logiciels libres. L'ouverture des systèmes d'information de l'Assemblée aux logiciels...

L'Assemblée Nationale se met à l'open source : à partir de juin 2007, les PC des députés seront équipés de logiciels libres.
 
L'ouverture des systèmes d'information de l'Assemblée aux logiciels libres, qui a fait l'objet d'une étude soutenue par deux députés UMP, Richard Cazenave et Bernard Carayon, a été annoncée le 22 novembre par l'Assemblée Nationale.
 
Après les prochaines élections législatives qui auront lieu les 10 et 17 juin 2007, les postes des députés seront dotés du système d'exploitation Linux, de la suite bureautique Open Office, du navigateur Internet Firefox et d'un client de messagerie libre, encore non déterminé.
 
Pourquoi une telle décision ? Selon l'Assemblée, "l'étude a montré que les solutions libres offrent désormais des fonctionnalités adaptées aux besoins des députés et permettront de réaliser de substantielles économies en dépit de certains coûts de mise en œuvre et de formation".
 
En parallèle de ce souci d'économie, cette adoption témoigne du succès de ces logiciels basés sur le partage du code source, dans le but de l'améliorer et de le redistribuer gratuitement.
 
Avant l'Assemblée, des services publics comme la gendarmerie nationale et la direction générale des impôts, mais aussi le ministère de l'Agriculture, avaient installé des serveurs ou des navigateurs en open source. La migration sous un open source Linux reste néanmoins une première.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 24/11/2006)