La Business Software Alliance (BSA), consortium d'éditeurs voué à la lutte contre le piratage informatique, vient d'annoncer qu'elle allait offrir une récompense de 20000 livres sterling à tous...

La Business Software Alliance (BSA), consortium d'éditeurs voué à la lutte contre le piratage informatique, vient d'annoncer qu'elle allait offrir une récompense de 20000 livres sterling à tous les salariés qui dénoncent les employeurs utilisant des programmes pirates.
 
Outre-Manche, l'alliance proposait déjà depuis un moment une récompense à quiconque révélerait sur la page bsa.org/uk/report de son site un cas de contrefaçon de logiciels. La nouveauté, c'est que la récompense a doublé. Elle passe de 10000 à 20.000 livres, jusqu'à la fin du mois de juin de cette année.
 
L'an dernier, la BSA a mené 420 investigations, grâce à ce service de délation. La majorité des personnes ayant utilisé ce service venait du milieu des technologies de l'information.
 
Siobhan Carroll, manager régional de la zone Europe du Nord de BSA a déclaré qu' "avec les outils d'audit, et la prévention des Associations, à l'heure actuelle personne ne peut avoir d'excuses à utiliser illégalement des programmes."
 
"Nous pensons qu’il est temps que les gens aient conscience de la valeur des logiciels qu’ils utilisent", a-t-elle ajouté. "En doublant la mise pour les informateurs, nous sommes en train également de doubler le risque pour ces activités illégales d’être arrêtées. Si tout va bien, l’initiative fera des licences de logiciels, une priorité plus élevée" chez ces entreprises.
 
La dernière étude de la Business Software Alliance qui s'intéressait aux répercussions de ce fléau sur l'économie mondiale a souligné qu'une réduction de 10% du taux de piratage entraînerait un supplément de revenus de 400 milliards de dollars, 67 milliards de taxes (TVA) et la création de 2,4 millions d'emplois.
 

 
(Atelier groupe BNP Paribas - 02/05/2006)