Bien qu'encore assez récent en France, l'usage du low-cost dans la téléphonie mobile pourrait petit à petit investir les parts de marché des opérateurs principaux.

Le marché de la téléphonie mobile en France sera-t-il bientôt envahi par l'arrivée de nouveaux opérateurs proposant des offres low-cost ? C'est en tout cas ce que prédit le cabinet de conseil Booz & Co., qui a dévoilé la semaine dernière, en amont du Mobile World Congress, les grandes tendances du secteur pour l'année à venir. Si ce type d'offres n'est apparu que depuis un an, par le biais de Free Mobile, ce ne serait qu'un début pour les analystes du cabinet. Car en effet, pour le reste de l'Europe, ce genre de pratiques serait déjà bien implanté. D'ailleurs, la France devrait être amené à rejoindre très bientôt l'Allemagne ou les Pays-Bas, dans lesquels les opérateurs mobiles pratiquant des tarifs bas atteindraient déjà 25 à 30% des parts de marché.

Un marché en maturation qui nécessite de ne pas renchérir...

Mais Mohssen Toumi, du cabinet de conseil Booz & Co, relève toutefois que ces chiffres sont relatifs à un marché mature. Ils seraient d'ailleurs équivalents à ceux d'autres secteurs où le low-cost s'est également affirmé, comme c'est le cas de la grande distribution ou du secteur aérien. D'ailleurs, dans certains pays comme l'Allemagne, les opérateurs majeurs ont créé et proposé sur le marché des marques dérivées low-cost pour atteindre la clientèle dédiée. Donc aucune inquiétude pour les autres opérateurs ? Pas si sûr : il serait nécessaire de ne pas entrer dans une spirale où tous les opérateurs alignent leurs prix à la baisse. « Comme c'est le cas en Norvège ou de l'Autriche où les low-cost atteignent maintenant les 35% à 45% de part de marché» comme l'explique Mohssen Toumi.

...mais plutôt d'adapter les offres à une clientèle « premium »

Alors quelles solutions reste-t-il pour les opérateurs historiques face à cette concurrence qui prodigue la communication à moindre coût et qui devrait bientôt prendre de la place sur le marché de la téléphonie mobile ? Selon les experts de Booz & Co., le seul moyen est de se démarquer en proposant des offres « premium » d'une plus grande qualité. Et cette plus grande qualité, on la retrouvera dans un premier temps dans le réseau, chose qui peut rarement être assurée par les opérateurs à bas prix. Mais également, les opérateurs devront apprendre à jouer avec les offres. Et cela devrait potentiellement passer par une gratuité de l'appel téléphonique, qui est, selon le rapport de Booz & Co., de moins en moins favorisé par le consommateur, et par une différenciation des offres en fonction du volume de données utilisées, le débit et le nombre d'appareils sur un même forfait.