Avant fin mars prochain, tous les lycées en Picardie seront connectés au réseau régional baptisé “Educapôle”, permettant ainsi aux 95 000 lycéens picards de surfer sur le web et de se familiariser a...

Avant fin mars prochain, tous les lycées en Picardie seront connectés au réseau régional baptisé “Educapôle”, permettant ainsi aux 95 000 lycéens picards de surfer sur le web et de se familiariser avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication. 65 sites étaient déjà opérationnels à la rentrée de septembre. Ils seront 135 à la fin du premier trimestre 1999. Educapôle (marque déposée) concerne aussi bien les lycées que l’enseignement supérieur, la formation professionnelle, la recherche et les IUFM. Toutefois, son développement est très spectaculaire en particulier dans l’enseignement secondaire. Chaque établissement disposant d’un grand nombre d’ordinateurs et de prises, le serveur Educapôle est connecté à de nombreux serveurs Intranet (lycées privés et publics, lycées agricoles ...). D’ores et déjà, huit lycées sont totalement câblés. Le logiciel Lotus Notes permet de travailler collectivement au sein de chaque établissement et d’animer le réseau. Directeur de l’Education au Conseil régional Picardie, Joël Boissière constate “ce n’est pas facile d’inventer un concept pour 135 établissement et de connecter quelque 1 500 ordinateurs”, tout en reconnaissant que “tous les problèmes de formation des enseignants n’ont pas encore été résolus”. Aussi pour épauler l’administrateur du réseau déjà en place, des emplois-jeunes NTIC vont être créés. Chaque lycée disposera, d’ici à quelques mois, d’un emploi-jeune spécialisé dans ce domaine. De son côté, dans le cadre d’Educapôle, l’Université de technologie de Compiègne a mis en place une formation unique en France (un diplôme d’ingénierie de communication industrielle et technologique (Dicit) de niveau bac + 4) afin de former des cadres d’entreprise capables d’organiser et de créer de la documentation technique ou commerciale pour répondre aux demandes des marchés nationaux et internationaux. (Les Echos - 30/09/1998)