Payer en utilisant son téléphone portable entre de plus en plus dans les mœurs, surtout chez les plus jeunes. Mais ce qui semble le plus important aux consommateurs, c'est avant tout d'avoir le choix.

Le m-paiement bien considéré, s'il est un moyen de régler comme un autre

35% des consommateurs nord-américains sont disposés à utiliser les solutions de paiement par mobile. Mais cela se vérifie d'abord chez les plus jeunes. En effet, 52% des 18-24 ans sont disposés à en profiter, contre un peu moins d'un quart des 55-65 ans. Ces chiffres sur l'adoption des moyens virtuels de paiement sont présentés dans une étude d'Ipsos Research commanditée par American Express. Mais ce qui prime, quel que soit l'âge, est le fait d'avoir le choix. Le besoin de choisir son mode de règlement est ainsi considéré important par une majorité de 87% de personnes. Car sur les cinq dernières années, 39% des répondants ont affirmé utiliser plus souvent leur carte bancaire. Autre moyen de paiement en vogue : le paiement en ligne, pour 30% des personnes interviewés.

Un important besoin de choisir

En revanche, 49% de personnes déclarent utiliser moins souvent leur chéquier. Une tendance claire à la monnaie dématérialisée qui n'est toutefois pas adoptée par tous puisque 29% déclarent aussi utiliser plus souvent du liquide. Ces derniers sont définis comme des "budget boss" et sont 57% à considérer que le liquide leur permet de ne pas dépenser plus que ce qu'ils n'envisageaient de faire, le contraire, donc, des nouveaux moyens de paiement. Il n'en demeure pas moins que la sécurité reste un critère d'intérêt important pour les consommateurs, car ils sont 83% à la placer comme prioritaire. Une variable qui rapprocheraient des consommateurs réticents aux nouveaux moyens de paiement par crainte de voir diffuser leurs informations bancaires : les "security buff".

La sécurité à la loupe

C'est pourquoi il semblerait que c'est aux institutions financières de mettre en place les nouveaux moyens de paiement, une affirmation partagée par 62% des répondants et corroborée par les 75% qui pensent que les services financiers font ce qu'il faut pour protéger leurs informations financières. Des institutions opposées aux réseaux sociaux qui, eux, ne protègent pas les données financières personnelles pour 77% des personnes interrogées. A noter que l'étude rappelle que les technies, outre leur intérêt pour les technologies de paiement, seraient très enthousiastes vis-à-vis des gadgets mobiles et possèdent différents appareils tels que les consoles portables, les ordinateurs portables, les smartphones ou des MP3, à l'inverse des plus de 45 ans.