Le cabinet d’études IDC prévoit de beaux jours pour le marché des logiciels de middleware mobile, qui permettent d’accéder à distance au système d’information par le biais des réseaux mobiles, et ...

Le cabinet d’études IDC prévoit de beaux jours pour le marché des logiciels de middleware mobile, qui permettent d’accéder à distance au système d’information par le biais des réseaux mobiles, et ce sont les grands éditeurs qui devraient majoritairement en profiter. D’ici quatre ans, l’institut prévoit un chiffre d’affaires (CA) de 1,5 milliards de dollars par an, soit une croissance annuelle de 36,5 %. Outre Oracle et Microsoft, ainsi qu’une ribambelle de petits éditeurs, IBM et SAP devraient être les grands bénéficiaires de cette manne.

Le leader allemand du marché des progiciels semble d’ailleurs en bonne position pour entamer les années futures, bénéficiant de l’OPA hostile d’Oracle contre PeopleSoft plus qu’il n’en subit les remous. Au cours du deuxième trimestre 2003, SAP a réalisé un bénéfice net de 209 millions d’euros, contre une perte de 232 millions un an auparavant, et un résultat opérationnel positif à 388 millions d’euros. Le CA du groupe est pourtant en baisse de 8 % sur cette période à 1,64 milliard d’euros, tandis que les ventes de licences chutent de 13 % à 431 millions d’euros.

Quant à International Business Machines (IBM), autre candidat important sur le marché émergent du middleware mobile, ses résultats pour le trimestre écoulé sont encourageants. Le CA s’élève à 21,6 milliards de dollars, contre 19,65 milliards au deuxième trimestre 2002, soit une progression de 10 %, et le bénéfice net atteint 1,7 milliards de dollars, contre 56 millions en 2002. Les ventes de matériels informatiques sont en baisse de 0,9 % et ce sont donc les logiciels qui ont participé à ce bon bilan, avec des ventes en augmentation de 6,2 %. Sur ce dernier secteur, le groupe attend un progression du CA à deux chiffres pour le trimestre en cours.

(Atelier groupe BNP Paribas – 17/07/2003)