Taylor Nelson Sofres a réalisé, pour le compte d’Ernst & Young, la quatrième vague annuelle du baromètre du marché français de l’externalisation auprès des entreprises ...

Taylor Nelson Sofres a réalisé, pour le compte d’Ernst & Young, la quatrième vague annuelle du baromètre du marché français de l’externalisation auprès des entreprises. Par rapport à l’an dernier, les entreprises connaissent et définissent encore mieux l’externalisation. 48 % des entreprises interrogées l’assimilent toujours plus à une délégation d’une fonction. 65 % pour la totalité des entreprises et 70 % pour les grandes entreprises ont eu recours à l’externalisation en 2002. Le nombre moyen de fonctions externalisées passe de 2,2 lors de la vague 2001 à 2,7 aujourd’hui pour les grandes entreprises. 93 % des grandes entreprises pensent aujourd’hui que le périmètre des fonctions externalisées ne va pas diminuer, mais, au contraire, rester stable ou augmenter. 25 % des entreprises externalisent 4 ou 5 fonctions en 2002, contre 10 % en 2001. 34 % des grandes entreprises pensent externaliser de nouvelles fonctions. 90 % des entreprises sont satisfaites de l’externalisation, contre 87 % les années précédentes. Quatre grands types d’entreprises se dessinent en fonction de leur recours à l’externalisation : les réfractaires (23 %), les hésitants (8 %), les pratiquants (33 %) et les convaincus (35 %). La fonction « Informatique et Télécommunications » arrive toujours en tête des fonctions les plus externalisées (73 %). Viennent ensuite les fonctions « distribution, logistique ou transport » (63 %) et « services généraux » (53 %). Bien que la fonction « administration ou finances » connaisse toujours un faible taux d’externalisation depuis 1999, les entreprises déclarent vouloir l’externaliser fortement dans les deux prochaines années. Pour 43 % des grandes entreprises, l’anticipation et la prise en compte des aspects sociaux liés à l’externalisation constitue une priorité. 59 % d’entre elles ont mis en place des tableaux de bord et 47 % ont créé une fonction spécifique de maîtrise d’oeuvre. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 19/12/2002)