La société Matoox, créée en février 2000, a ouvert son site http://www.matoox.com en janvier 2001 (voir la lettre du 22/01/2001), permettant aux internautes de se défouler en envoyant des message...

La société Matoox, créée en février 2000, a ouvert son site http://www.matoox.com en janvier 2001 (voir la lettre du 22/01/2001), permettant aux internautes de se défouler en envoyant des messages, humoristiques, caustiques, ironiques, adaptés à l’information qu’ils souhaitent faire passer, tout en respectant totalement leur anonymat. Lancé tout d’abord en France et en Italie, Matoox a ouvert sa version anglaise le 27 février dernier (http://www.matoox.co.uk). La société vise le marché anglo saxon dans son ensemble, notamment les Etats-Unis. Une filiale, détenue à 100 % par Matoox SA, a été créée en Angleterre. Elle comprend une cellule logistique dédiée pour toute l’activité e-commerce de langue anglaise. Matoox enregistre aujourd’hui 8 000 abonnés, 35 000 pages vues par jour et 2 500 visiteurs uniques par jour. L’activité e-commerce enregistre une trentaine de commandes quotidiennes. Le contenu du site sera enrichi sur la base des suggestions des utilisateurs. Chaque semaine, une nouvelle thématique sera ajoutée. Voici quelques statistiques comportementales de la France et de l’Italie. Sachez que les deux messages les plus envoyés par les utilisateurs français et italiens sont «l’admirateur secret» et «je t’aime». Deux tendances se dessinent au bureau: les Français sont plutôt des fayots n’hésitant pas à piquer les idées des autres, alors que les Italiens excellent dans la paresse … dans le brouhaha! Autre constat, si les français et les italiens envoient un grand nombre de déclarations d’amour, ces derniers les adressent en moyenne à trois femmes différentes! Enfin, sachez que les français comme les italiens ne résistent pas au plaisir de dire à leur mère combien ils l’aiment … Nous saurons prochainement quelles sont les préoccupations des anglais qui semblent ne pas du tout être les mêmes … (Christine Weissrock - Atelier BNP Paribas – 07/03/2001)