L'utilisation d'un mobile pour le travail soulève des questions de sécurité, notamment lorsqu'il s'agit d'un smartphone privé. Tour d'horizon des d'offres présentes au Mobile Focus Global à l'occasion du World Mobile Congress.

Cette une tendance désormais bien ancrée : l'utilisation des appareils personnels au travail. Sauf que cette pratique soulève la question de la sécurité des réseaux pour l'entreprise. C'est pourquoi NQmobile, présent à la soirée MobileFocus Global pour le World Mobile Congress, propose une application Android permettant de scanner un smartphone et de repérer les logiciels malveillants, les supprimer ou encore savoir à quelles informations a accès une application. Pour David Fu, directeur produit chez NQmobile, "on utilise un smartphone comme un ordinateur, il faut donc avoir les mêmes préoccupations en matière de logiciels malveillants". Autre fonctionnalité : si le téléphone est perdu ou volé, l'application, gérable depuis le site web, permet de le localiser, d'en effacer les données, et de le bloquer. L'outil est pour l’heure destiné aux particuliers et non aux entreprises. Mais celles-ci pourraient peut-être s'en inspirer.

Diviser l'espace disponible

Prenant au pied de la lettre la cohabitation des usages privés et professionnels solution, Divide est une application permettant de diviser un smartphone en deux espaces de travail étanches: privé et professionnel, donc. L'espace professionnel est protégé par un code et est accessible en cliquant sur un bouton. Il permet "de travailler depuis son mobile, y compris avec des applications professionnelles, sans qu'une application privée ait accès aux informations professionnelles", précise Dan Dearing, vice-président marketing de Divide. Par la même occasion, l'entreprise gère l'espace professionnel tout en assurant à l'utilisateur la confidentialité de ses propres données. Autre avantage, d’un point de vue logistique, le smartphone sert d'outil de travail sans que l'entreprise ait à acheter un mobile de travail à l'utilisateur. Mais du coup, c’est ce dernier qui doit investir, même s'il peut acheter l’appareil de son choix. Ce qui implique pour l’entreprise de concevoir des applications professionnelles pour tout type de smartphone.

Signer des contrats en mobilité et en sécurité

Le problème, avec la mobilité, c'est que l'on dispose rarement d'une imprimante sur soi. Ce qui peut poser quelques problèmes lorsqu’il faut signer des contrats stockés dans un smartphones ou envoyé par Internet mobile… C'est pourquoi DocuSign propose de signer directement sur un appareil mobile. Concrètement, l'utilisateur enregistre sa signature sur l'application grâce à sa tablette ou son téléphone. Lorsqu'il reçoit un contrat au format PDF sécurisé, il n'a plus qu'à y glisser sa signature. "Ce système, crypté, permet de gagner beaucoup de temps", affirme Eric Bohren,  directeur en charge de la stratégie. DocuSign propose aussi des services payants supplémentaires : un code envoyé par SMS pour accéder au contrat envoyé ou l'enregistrement vocal d'une phrase telle que "J'accepte les termes du contrat". Bien sûr, DocuSign permet de garder les contrats signés en cloud.