Surveiller les mers, leurs habitants et les infrastructures qui les transpercent. Ce projet met en oeuvre les techniques liées aux réseaux sans-fil, mais appliquées au milieu liquide...

Surveiller les mers, leurs habitants et les infrastructures qui les transpercent. Ce projet met en oeuvre les techniques liées aux réseaux sans-fil, mais appliquées au milieu liquide.

(cliquez pour agrandir)
Que vient faire Mimo dans l'eau ? Le principe de Multiple Input, Multiple Outpout est de mise dans les réseaux sans-fil aériens. Il permet aux réseaux WiFi de transférer les données sur une plus longue distance et plus vite. Pour cela, les constructeurs utilisent des émetteurs et récepteurs à plusieurs antennes. Mais personne n'avait pensé à l'appliquer au milieu aquatique. C'est chose faite avec les scientifiques regroupés sur le sujet par différents acteurs norvégiens (Konsberg Maritime, Fugro Oceanor, Statoil, Western Geco, l'institut de la recherche maritime).
 
Des sondes sonores au milieu des algues
 
Sans oublier l'université norvégienne des sciences et techniques, et la fondation pour la recherche scientifique et industrielle (NTNU/SINTEF). Ce ne sont évidemment pas des routeurs qui vont aller côtoyer les poissons, mais des sondes. Et comme seul le son passe sous l'eau, le réseau sans-fil sera aussi acoustique. Ce qui n'est pas sans poser de problèmes : la propagation des sons dépend de nombreux paramètres comme la salinité et la température de l'eau. Les chercheurs sont confrontés à un autre obstacle : la lenteur de la transmission sonore aqueuse.
 
Un premier et modeste pilote
 
Selon eux, cela revient à émettre un son depuis la lune avec un récepteur installé sur Terre. Le projet n'est pas que théorique, même si les débuts sont modestes : un lien acoustique de deux kilomètres a été établi entre deux positions. Dans une des positions de Fjord, près de Trondheim, avaient été installés deux micros, alors que l'autre comportait deux enceintes. A terme, des réseaux sous-marins pourraient se révéler utile pour surveiller les océans sans avoir à lancer de coûteuses expéditions par bateaux.
(Atelier groupe BNP Paribas - 06/09/2007)