Encore une annonce sur le segment de la sécurité informatique ! Après le rachat, la semaine dernière, de Veritas par Symantec, c'est aujourd'hui Microsoft qui se retrouve sous les lumières des...

Encore une annonce sur le segment de la sécurité informatique ! Après le rachat, la semaine dernière, de Veritas par Symantec, c'est aujourd'hui Microsoft qui se retrouve sous les lumières des projecteurs : le géant du logiciel vient de s'offrir la société Giant, spécialisée dans la lutte contre les logiciels espions.

Pour mémoire, ceux-ci s'installent à l'insu des utilisateurs d'ordinateurs personnels, souvent à l'occasion d'un téléchargement gratuit, et sont plus ou moins nocifs. Au mois d'avril dernier, le fournisseur d'accès Internet Earthlink a publié une analyse assez préoccupante des logiciels espions. Selon celle-ci, les PC des abonnés Earthlink hébergent en moyenne 28 spywares actifs chacun !

Autant dire que la lutte contre les logiciels espions est plus que jamais d'actualité. Microsoft a annoncé qu'il lancerait en version bêta la première mouture d'une solution intégrant la technologie Giant d'ici un mois. Que deviendra-t-elle ensuite ? Microsoft a simplement précisé qu'elle "complèterait les solutions de sécurité de son système afin de fournir un haut niveau de protection pour la navigation sur Internet" notamment. Sera-t-elle intégrée au Service Pack 2 ? Sera-t-elle payante ? Autant de questions qui restent posées...

Pour Microsoft, le challenge n'est pas mince : depuis plusieurs années maintenant, Microsoft est attendu au tournant de la sécurité et depuis longtemps l'éditeur annonce qu'il va mettre l'accent sur celle-ci. Ceci explique que Microsoft ait voulu mettre la main sur Giant, dont la solution a été consacrée première du marché, avec un taux d'échec dans la détection des spywares de 'seulement' 25 %.

(Atelier groupe BNP Paribas - 20/12/2004)