Microsoft persiste sur la voie de la lutte anti-spam. Au début de l’année, on avait déjà entendu Bill Gates annoncer que le spam ne constituerait plus un problème d’ici 18 mois. En février, la...

Microsoft persiste sur la voie de la lutte anti-spam. Au début de l’année, on avait déjà entendu Bill Gates annoncer que le spam ne constituerait plus un problème d’ici 18 mois. En février, la firme de Redmond révélait le concept Penny Black, dont l’idée maîtresse est de faire payer les sociétés ou les individus qui envoient des courriers électroniques en masse comportant des expressions récurrentes formulées dans les spams.

Aujourd’hui, Microsoft persiste et signe sur le thème de la bataille contre le spam. Le groupe a annoncé mercredi avoir choisi IronPort Systems et son programme « whitelist ». Il s’agit de requérir des marketeurs qui souhaitent envoyer leurs messages publicitaires, le paiement d’une caution (jusqu’à 20.000 dollars) qui leur assure de passer au travers des filtres anti-spam. Ainsi, leurs messages ne seront pas confondus avec la masse de spam filtrée par les messageries Hotmail et MSN de Microsoft (170 millions d’utilisateurs).

Les annonceurs qui paient la caution doivent souscrire à un certain nombre de règles. S’ils ne les respectent pas, la caution qu’ils ont déposée est automatiquement perdue. Selon Microsoft, le grand principe de cette solution est de demander aux expéditeurs d’assurer la responsabilité de ce qu’ils envoient. C’est aussi un excellent moyen pour le groupe de communiquer au public ses efforts dans la lutte anti-spam tout en générant potentiellement de nouveaux revenus auprès des annonceurs.

(Atelier groupe BNP Paribas - 06/05/2004)