La nouvelle stratégie de Microsoft dans le commerce électronique a été présentée la semaine dernière à San Francisco par Bill Gates en personne. Cette nouvelle stratégie s'articule autour de trois...

La nouvelle stratégie de Microsoft dans le commerce électronique a été présentée la semaine dernière à San Francisco par Bill Gates en personne. Cette nouvelle stratégie s'articule autour de trois axes : attirer des "millions" de PME vers le "e-commerce", simplifier la vie des grandes entreprises dans ce domaine et convaincre les particuliers que MSN (Microsoft Network) est le plus complet des sites d'entrée sur le Net. En présentant BizTalk, une nouvelle architecture, sorte de "super système d'exploitation Internet", Bill Gates a expliqué "pour que des millions de nouvelles sociétés se mettent au e-commerce, nous devions développer des outils qui parlent business de façon cohérente". Biz Talk est en effet capable de faire communiquer entre elles des applications purement Internet avec d'autres, développées par des milliers d'entreprises dans le monde sur des normes différentes, particulièrement dans le domaine de l'EDI. Par ailleurs, en présentant la rénovation du site portail MSN, Bob Herbold, Chief Operating Officer de Microsoft, a promis "notre ambition est d'amener des millions de petites et moyennes entreprises sur le Net". Microsoft se propose, à travers une multitude d'outils logiciels nouveaux, de donner même aux plus petites PME la possibilité de commercer sur le Net, en accédant à des sites pré-construits, hébergés par MSN dès qu'ils sont opérationnels. Selon certaines indiscrétions, Microsoft mettrait à disposition, pratiquement gratuitement, des outils et de l'hébergement, l'éditeur se rémunérant directement sur les transactions effectuées par ces sites. Ayant revu entièrement les services offerts sur MSN, Microsoft a aussi révélé l'acquisition de CompareNet, la principale société de comparaison de prix sur le Net. Par ailleurs, Microsoft promet une solution de paiement "universelle" évitant de donner ses coordonnées financières à chaque transaction, que les principales banques américaines accepteraient. De plus, une fois sur le réseau MSN, il ne serait plus nécessaire de décliner son identité, le système saurait "identifier" l'internaute quel que soit le terminal utilisé. (Les Echos - 08/03/1999)