Finis, les avantages à tout va ! Terminées, les dépenses illimitées. Il est aujourd’hui temps de faire des économies. Voici le message transmis par la direction de Microsoft à ses salariés la...

Finis, les avantages à tout va ! Terminées, les dépenses illimitées. Il est aujourd’hui temps de faire des économies. Voici le message transmis par la direction de Microsoft à ses salariés la semaine dernière. Même avec 60 milliards de dollars en cash sur ses comptes en banque, Microsoft a fait savoir à ses équipes qu’elles n’étaient pas à l’abri de certaines réductions de coûts.

L’objectif de l’éditeur est d’économiser un milliard de dollars au cours de l’année fiscale qui commencera au début du mois de juillet, comme l’expliquait récemment le directeur financier de Microsoft, John Connors. Un effort auquel devront participer les employés de Microsoft, en renonçant à certains avantages garantis jusqu’à présent par leur société.

Pour commencer, l’achat de stock options perdra un peu de son intérêt, puisque la réduction réservée aux salariés passera de 15 à 10 %, à compter du 1er juillet prochain. Une autre renonciation à laquelle les salariés Microsoft devront consentir concerne les remboursements des médicaments. Désormais, les salariés devront s’acquitter d’une quote-part de 40 dollars sur les prescriptions de médicaments, si ceux-ci existent dans une version générique.

Et puis, les salariés Microsoft devront se faire à une nouvelle sévérité quant à leurs congés. Les salariés recrutés à partir du 1er janvier 2005 ne bénéficieront plus que de deux semaines de vacances par an – au lieu de trois - pendant leurs deux premières années au sein de Microsoft. Et pour finir, la firme de Redmond a fait savoir que désormais elle procéderait à une réduction des budgets alloués aux déplacements de ses employés, à leurs loisirs, à leurs équipements informatiques, etc.

En dépit de ces nouvelles pingreries, Microsoft sait rester bon prince, et son objectif n’est pas de brimer ses salariés. La preuve, ceux-ci conservent deux avantages non négligeables : la gratuité des boissons consommées sur leur lieu de travail et la carte d’accès aux clubs de gym de l’éditeur…

(Atelier groupe BNP Paribas - 24/05/2004)