L'annonce devrait être faite par Bill Gates en personne aujourd'hui, à l'occasion de la conférence Super Computing 2005 à Seattle : Microsoft envisage sérieusement de pénétrer dans l'univers...

L'annonce devrait être faite par Bill Gates en personne aujourd'hui, à l'occasion de la conférence Super Computing 2005 à Seattle : Microsoft envisage sérieusement de pénétrer dans l'univers fermé des systèmes d'exploitation pour supercalculateurs avec une nouvelle version de son logiciel Windows Compute Cluster Server 2003. Objectif : concurrencer les Linux et autres Unix qui tiennent le haut du pavé dans ce secteur.

Bien qu'il ne soit toujours pas finalisé, ce logiciel serait selon Microsoft d'une plus grande simplicité d'intégration et d'utilisation que ses concurrents. Contrairement à la version précédente, limitée aux testeurs accrédités, cette "bêta 2" sera publique. Elle comprend le système d'exploitation ainsi qu'un certain nombre d'applications destinées à le seconder.

Microsoft devrait présenter 19 applications compatibles avec Windows Compute Cluster Server 2003 et annoncer des investissements dans dix projets de recherche liés aux supercalculateurs, qui lui permettront de mieux saisir les enjeux de ce domaine pour préparer la version finale de son système.

Par ailleurs, les chercheurs des universités de Mannheim, du Tennessee et du laboratoire américain de Berkeley viennent de publier leur classement des 500 meilleurs supercalculateurs. Sans surprise, IBM et son Blue Gene L s'approprient la première place, avec un score de 280,6 teraflops, contre 136,8 teraflops lors de la précédente édition du classement, établie en juin dernier (un teraflop représente mille milliards d'opérations exécutées en une seconde).

(Atelier groupe BNP Paribas - 15/11/05)