Comment allier culture ancestrale et ultra modernité? Microsoft a la réponse. L'éditeur de logiciels informatiques américain vient en effet d'annoncer le lancement d'une version de son système...

Comment allier culture ancestrale et ultra modernité? Microsoft a la réponse. L'éditeur de logiciels informatiques américain vient en effet d'annoncer le lancement d'une version de son système d’exploitation Windows et de son logiciel Officiel en quechua, une langue parlée par plus de dix millions de personnes en Amérique du Sud.
 
Pendant trois ans, des professeurs de linguistique se sont efforcés de traduire au mieux dans le dialecte indien des termes comme "Démarrer", devenu "Qallariy", "Ouvrir", traduit par "Kichay" ou encore "Internet", symbolisé par "Llika", la toile d’araignée, pour mettre au point le patch.
 
 
Microsoft propose Windows en quechua. Ici l’interface péruvienne
 
Cette initiative soutient le combat du président bolivien Evo Morales, un Indien Aymara qui défend l’utilisation des langues de son pays. En Bolivie, où le quechua est utilisé par plus de 2.5 millions de personnes, c’est-à-dire un tiers de la population, ce patch pourrait donner, selon le patron de Microsoft Bolivie, David Choquehuanca, la possibilité à la culture indigène de faire "partie de l’ère de l’information, grâce à cette vision numérique entièrement novatrice".
 
Mais aussi de mettre sur le devant de la scène un combat d’un nouveau genre: celui de l’accès à Internet pour tous, nouvelle pierre de touche des entreprises et sites Internet. Wikipedia, l’encyclopédie libre, proposait déjà ses articles en 48 langues. Microsoft fera t-il mieux?
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 28/08/2006)