L'an dernier, c'est lors du World Economic Forum de Davos que Nicholas Negroponte, fondateur du MIT (Massachusetts Institute of Technology) avait fait la présentation du portable à 100 dollars...

L'an dernier, c'est lors du World Economic Forum de Davos que Nicholas Negroponte, fondateur du MIT (Massachusetts Institute of Technology) avait fait la présentation du portable à 100 dollars, un ordinateur équipé d'un processeur AMD et de logiciels libres à destination des pays émergents. Cette année, Microsoft y va de son effet d'annonce : la solution pour combler la fracture numérique ne serait pas l'ordinateur à bas prix, mais le téléphone PC !
 
Microsoft est-il simplement ulcéré de n'avoir pas réussi à imposer Windows aux ingénieurs du MIT, qui ont fait le choix - somme toute relativement logique - de recourir à des logiciels libres (dont le système d'exploitation Linux), ou cette annonce repose-t-elle sur une analyse solide ?
 
Selon le New York Times, Craig J. Mundie, vice-président de Microsoft, aurait expliqué la vision de l'éditeur lors d'un entretien accordé à la presse. "Tout le monde va avoir un téléphone", affirme-t-il, et la télévision est déjà bien implantée dans les pays émergents. Pour ouvrir ces derniers à Internet et aux nouvelles technologies, il serait donc bien plus habile de proposer un téléphone mobile pouvant être connecté à un écran de TV et à un clavier que de commercialiser un ordinateur portable.
 
L'idée peut sembler pertinente. Seul regret : alors que Nicholas Negroponte et son équipe du MIT ont proposé un prototype fonctionnel à Davos, Microsoft s'est contenté d'évoquer ce projet, sans donner d'informations concrètes. Comme un prix, par exemple...
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 30/01/2006)