Menacé par Bruxelles d'une amende de deux millions d'euros par jour en cas de refus d'obtempérer, Microsoft tempère et ouvre partiellement, sous licence, le saint des saints : le code source de...

Menacé par Bruxelles d'une amende de deux millions d'euros par jour en cas de refus d'obtempérer, Microsoft tempère et ouvre partiellement, sous licence, le saint des saints : le code source de son système d'exploitation vedette, Windows XP. Avec quelques restrictions toutefois : pas question que ce code tombe aux mains des éditeurs de logiciels libres.
 
En mars 2004, Microsoft a été condamné par la Commission européenne à 500 millions d'euros d'amende pour abus de position dominante, ainsi qu'à divulguer certains pans du code source de Windows dans le but de permettre aux éditeurs de logiciels concurrents de garantir l'interopérabilité de leurs produits avec le système d'exploitation le plus utilisé au monde.
 
"Ce code est l'ADN du système d'exploitation Windows, c'est la documentation ultime que nous pouvons fournir", affirme Brad Smith, conseiller juridique de l'éditeur, qui estime même que l'effort consenti va "bien au-delà des exigences de la Commission européenne".
 
Cette dernière s'est contentée d'indiquer qu'elle "examinera soigneusement l'annonce faite par Microsoft une fois qu'elle en aura reçu tous les détails". Car un certain nombre de points restent en suspens : le prix d'accès au code source de Windows, la question des éditeurs de logiciels libres.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 26/01/2006)