La firme de Redmond se lance dans le P2P (Peer-to-Peer) avec un ambitieux projet nommé Avalanche, basé sur le concept de Bittorrent.

La firme de Redmond se lance dans le P2P (Peer-to-Peer) avec un ambitieux projet nommé Avalanche, basé sur le concept de Bittorrent.

Bittorrent est un système d'échange coopératif qui est utilisé pour envoyer rapidement des fichiers à la communauté. Il sert par exemple à la diffusion de distributions Linux, de patchs correctifs ou de démos de jeux vidéo. On y trouve aussi films piratés, logiciels copyrightés et albums au format MP3...

Les fichiers qui circulent sur Bittorrent sont en fait découpés en petits morceaux qui vont transiter rapidement d'un utilisateur à l'autre. Comme les fragments sont de petite taille, ils se diffusent très rapidement à l'ensemble de la communauté. Une fois que l'on a récupéré l'intégralité des fragments, le logiciel recompose le fichier original. L'inconvénient de ce procédé, c'est que parfois un morceau du fichier ne circule plus dans les canaux. Si la personne qui met le fichier sur le réseau se déconnecte avant d'avoir pu diffuser au moins une fois toutes les parties, personne ne pourra jamais recomposer le fichier original. Les utilisateurs goûtent donc au désagrément d'une barre de progression bloquée - parfois définitivement - à 99 %.

Les ingénieurs de Microsoft prétendent avoir trouvé la solution à cet épineux problème. Et, cerise sur le gâteau, leur procédé miracle permettrait également d'atteindre une vitesse de téléchargement 20 à 30 % supérieure à celle de Bittorrent.

Avalanche traite chacune des parties du fichier selon un procédé de ré-encodage en ligne ( network coding ). Les fragments ainsi obtenus ne sont alors plus distribués dans le désordre : leur diffusion est organisée suivant des combinaisons linéaires qui sont accompagnées d'une étiquette décrivant les paramètres nécessaires à la recomposition. Chaque utilisateur reçoit des combinaisons et en génère de nouvelles à partir de ce dont il dispose. Au final, un utilisateur n'a pas besoin de la totalité des fragments mais de la totalité des combinaisons indépendantes générées. Avalanche reconstruit le fichier original à partir de ces combinaisons.

L'utilisation de la bande passante est optimisée au maximum puisque les fichiers ne transitent qu'une seule fois. Et comme les fragments ne sont plus distribués seuls mais suivant des combinaisons, aucun ne devient primordial pour la recomposition finale. Les risques de voir un téléchargement ne jamais aboutir pour cause de partie manquante sont donc restreints.

Pour ceux qui s'attendent à faire des folies grâce à cette nouveauté - dont le développement n'est qu'au stade de la recherche - Microsoft entend bien en limiter l'usage aux seuls fichiers DRM ( Digital Rights Management )...

(Atelier groupe BNP Paribas - 21/06/2005)