Pour apaiser les critiques sur ses ambitions monopolistiques, le numéro un mondial des logiciels, Microsoft, a annoncé un assouplissement de sa politique de licences. Ce changement ...

Pour apaiser les critiques sur ses ambitions monopolistiques, le numéro un mondial des logiciels, Microsoft, a annoncé un assouplissement de sa politique de licences. Ce changement politique devrait se solder par l’accès de certaines des technologies Microsoft à ses entreprises concurrentes, dans un premier temps, et par l’exonération de tout paiement de redevance pour les chercheurs des universités notamment.

Par exemple, Microsoft consent pour la première fois à proposer l’accès à deux de ses technologies brevetées : le format de stockage FAT (File Allocation Table), utilisé dans l’échange de données entre un ordinateur et des appareils comme les caméras numériques, et la technologie ClearTypeÒ. La firme de Redmond s’est déclarée prête à travailler en collaboration avec des entreprises comme Xerox, Hewlett-Packard ou IBM, pour faire avancer les innovations dans l’industrie.

En outre, Microsoft avait annoncé le 25 novembre dernier l’accessibilité prochaine de certains schémas de référence XML de sa suite bureautique Microsoft Office 2003. Les clients et partenaires de Microsoft pourront ainsi prendre connaissance de ces schémas, et des documentations techniques de trois applications de Microsoft Office 2003 : le tableur Excel, le traitement de texte Word et l’outil de gestion d’information InfoPath.

Les porte-parole de Microsoft ont déclaré que ces politiques d’ouverture n’étaient en rien dictées par les enquêtes antitrust du gouvernement américain et de la commission européenne, dont Microsoft fait l’objet. Il semblerait tout de même que les demandes des gouvernements incitant Microsoft à adopter une politique de standards ouverts ne soient pas étrangères à l’élargissement de l’accès à ses produits brevetés.

( Atelier groupe BNP Paribas – 04/12/2003)