Avec le premier smartphone Windows Mobile, Microsoft s'est engagé dès octobre 2002 sur la voie des technologies mobiles. Depuis, les services se sont multipliés, dirigés vers les professionnels...

Avec le premier smartphone Windows Mobile, Microsoft s'est engagé dès octobre 2002 sur la voie des technologies mobiles. Depuis, les services se sont multipliés, dirigés vers les professionnels mais aussi vers le "grand public". Face aux services pour mobiles de Google et Yahoo! ou au Blackberry de RIM, où se situe aujourd'hui Microsoft?
 
Windows Mobile sur les téléphones portables: une lente ascension
 
Depuis 2002, la firme de Bill Gates a parcouru du chemin. En 2005, elle a vendu 6 millions de portables embarqués sous Windows Mobile 5.0, système qui joue un rôle de "carrefour Microsoft" en proposant de nombreuses applications Office telles PowerPoint, Excel ou Word, ainsi que des fonctionnalités comme Windows Media Player 10.
 
Si le britannique Symbian reste le grand leader avec plus de 65% de parts de marché mondial au premier trimestre 2006 (source Canalys), Microsoft n'a pas dit son dernier mot. La firme de Redmond a-t-elle une chance de s'imposer durablement dans le domaine des systèmes d'exploitation mobiles?
 
Au premier trimestre 2005, avec 6.62 millions de combinés vendus sous Symbian, le logiciel britannique occupait la première place du secteur des systèmes d'exploitation pour mobiles et 61.4% des parts de marché. Microsoft, de son côté, devait se contenter, malgré la place de deuxième, de 2 millions de smartphones dédiés vendus et de 18.3% de parts de marché (source Canalys).
 
Mais en un an, les choses se sont accélérées: près de 50 constructeurs (Motorola, Samsung, Palm...) proposent aujourd'hui des terminaux embarquant le système d'exploitation Windows. Et au premier trimestre 2006, la firme de Redmond a enregistré une hausse de 40% de sa rentabilité opérationnelle en 2005 avec 6 millions d'unités vendues. En France, ses parts de marché sur les terminaux mobiles s'élevaient en février 2006 à 32.8%.
 
Optimiste, le groupe a annoncé souhaiter doubler les ventes pour l'année 2006. A cet effet, Peter Knook, vice-président de la division Mobile and Embedded Devices (appareils mobiles et embarqués) de Microsoft, avait déclaré que "le nombre d'appareils tournant sous Windows Mobile a doublé l'année dernière pour atteindre 6 millions. Nous voulons progresser encore de 10% cette année et continuer de progresser à ce rythme dans les années à venir".
 
Avec le Palm Treo 750v sous Windows Mobile 5.0, disponible depuis septembre à travers Vodafone en Europe (SFR en France), l'éditeur de logiciel devrait renforcer son assise. Pete Cunningham, analyste chez Canalys, souligne dans le rapport de son cabinet paru en octobre 2006 : "Je serais surpris si le Treo 750v ne dépassait pas le nombre de terminaux vendus sous la version Palm OS dans la zone EMEA (Europe, Middle East, Africa). Windows Mobile gagne en détente avec les opérateurs et les clients qui recherchent des applications comme le push e-mail. Tandis que RIM est toujours le vendeur à battre dans ce secteur, la compétition s'améliore à chaque génération de dispositifs".
 
L'email mobile, un facteur de différenciation?
 
Dans cette course à la mobilité, la fonction email pourrait bien jouer un rôle important. En février 2006, à l'occasion du 3GSM, la firme de Redmond annonçait le lancement de son service de push email (Messaging and Security Feature Pack) permettant l'envoi et la réception simultanés de mails.
 
En se lançant dans l'email mobile, l'éditeur de logiciel mise gros et affronte le leader incontesté du secteur, RIM, qui, avec son Blackberry, totalisait 6.2 millions au deuxième trimestre 2006.
 
Pour diffuser son service, Microsoft s'est tout d'abord appuyé sur Windows Mobile. La firme de Redmond a ainsi conclu des partenariats avec des opérateurs comme Vodafone et des constructeurs comme HP pour commercialiser des terminaux intégrant Windows Mobile 5.0 et la fonction push email.
 
Mais le mail mobile n'intéresse pas que les professionnels... Microsoft l'a compris. A l'instar de Google qui a annoncé le lancement de Gmail pour mobiles en décembre 2005, Microsoft a passé des accords avec des opérateurs comme Bouygues pour intégrer son service de mail pour mobile, Live Mail, dans leurs offres. L'avenir des services pour mobiles serait-il du côté du "grand public"?
 
Un virage vers les services "grand public"
 
Avec l'explosion des abonnements haut débit sur mobiles, les services dédiés se multiplient pour satisfaire des "mobinautes" qui souhaitent retrouver sur leur portable les fonctionnalités de leur PC.
 
Parmi ces services, la messagerie instantanée, qui fait des ravages auprès des jeunes internautes, s'est vite révélée prometteuse pour Microsoft et pour les opérateurs. En France, Bouygues Télécom propose depuis juillet 2006 Windows Live Messenger sur i-Mode pour une somme comprise entre 2.50 et 3.90 euros par mois. Autre opérateur à s'être emparé du service de conversation de la firme de Bill Gates: Ten, un opérateur virtuel à la clientèle adolescente, va jusqu'à l'intégrer gratuitement à ses forfaits.
 
Ce type de convergence a vite fait des émules. En octobre, Orange, le premier opérateur mobile français, annonçait avoir signé un accord avec Microsoft pour installer MSN sur ses mobiles. Cette alliance marque un tournant dans l'adoption par les opérateurs des services de messagerie de Microsoft.
 
En effet, les clients de ce nouveau service, Orange Messenger by Windows Live, pourront interagir avec la totalité des utilisateurs de Windows Live Messenger. Ils bénéficieront également d'un accès continu aux services Windows Live. Une belle vitrine pour Microsoft!
 
Autre service très plébiscité : les moteurs de recherche. Et sur ce secteur, la concurrence est rude. Google propose depuis 2005 une adaptation de son moteur de recherche pour téléphones, Google Mobile Search. Yahoo!, de son côté, a annoncé des partenariats avec Nokia et Motorola pour intégrer plusieurs de ses services, parmi lesquels Yahoo! Search, directement sur les terminaux mobiles.
 
Mais Microsoft ne devrait pas être en reste. Mi-novembre, la firme de Redmond a annoncé la signature d'un partenariat avec Sprint Nextel pour intégrer gratuitement sa barre Windows Live Search dans les mobiles de l'opérateur américain. En France, c'est Bouygues qui accueillera le moteur de recherche sur ses portables i-Mode.
 
Quel sera le prochain cheval de bataille? La publicité, qui s'installe de plus en plus sur Internet, pourrait prochainement débarquer sur les mobiles. Ainsi Google teste depuis quelques mois son application AdSense sur des mobiles 3G au Japon et Yahoo! devrait prochainement révéler son programme Mobile Sponsored Search. Quant à Microsoft, il devrait intégrer d'ici la fin de l'année des liens publicitaires dans les pages de réponses de son moteur de recherche sur mobile. La bataille s'annonce serrée...

Mathilde Cristiani pour L'Atelier
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 22/12/2006)