Microsoft veut se débarrasser du format JPEG. Microsoft a dévoilé son nouveau format d'images, baptisé Windows Media Photo, un fichier de qualité similaire qui prendrait jusqu'à deux fois moins...

Microsoft veut se débarrasser du format JPEG. Microsoft a dévoilé son nouveau format d'images, baptisé Windows Media Photo, un fichier de qualité similaire qui prendrait jusqu'à deux fois moins d'espace sur un disque dur.
 
Selon Microsoft, le format Windows Media Photo permet de réduire la taille d'une image à 1/25e de sa taille initiale, sans impact visible sur sa qualité. Il permettrait à la fois d'améliorer la qualité de l'image, tout en diminuant sa taille de moitié par rapport à sa version JPEG, ce qui peut avoir un grand intérêt pour stocker plus de photos sur un appareil numérique ou sur un téléphone portable.
 
Bill Crow, le responsable du nouveau format chez Microsoft, liste encore d'autres avantages comme une impression plus rapide et une consommation moindre d'énergie sur les appareils à piles…
 
Et pour imposer son poulain, Microsoft place déjà ses pions. Le format Windows Media Photo, qui se caractérisera par le suffixe ".WMP" sera utilisé par défaut par son futur système d'exploitation Windows Vista et sera également supporté par Windows XP.
 
Car, le format JPEG promet d'être difficile à détrôner et l'alternative proposée par Microsoft pourrait ne pas rencontrer le succès escompté auprès de l'industrie. L'atout majeur du standard JPEG est en effet d'avoir réussi à s'imposer sur tous les supports et d'être reconnus par la quasi-totalité des logiciels.
 
Plusieurs autres formats sont déjà sortis, comme le JPEG2000 et le JPEG Pro et le DNG d'Adobe, mais ils n'ont finalement pas convaincu. Pour faire la différence et s'imposer comme nouveau standard, le "WMP" devra avant tout séduire les éditeurs.
 
Mais, l'actualité pourrait sourire à Microsoft puisque certains aspects du brevet du format JPEG détenu par la société Forgent viennent d'être invalidé par le bureau américain des brevets.
 
Or, en 2004, la firme s'est lancée dans une bataille judiciaire importante afin de faire respecter ce brevet sur le format de compression en attaquant des grands noms de l'informatique (Apple, Sun, Dell, Canon, HP) qui utilisent son format. Une tactique qui lui a permis d'amasser 105 millions de dollars en licences d'utilisation. En invalidant 19 des 46 points du brevet, le bureau des brevets offre aux sociétés sollicitées une possibilité de refus.
 
 
(Atelier groupe BNP Paribas- 29/05/2006)