Selon une étude annuelle de la Sofres menée en mai pour le compte de la Banque de France et d’Euronext Paris, le nombre d’actionnaires individuels a augmenté de 1 million en un an ...

Selon une étude annuelle de la Sofres menée en mai pour le compte de la Banque de France et d’Euronext Paris, le nombre d’actionnaires individuels a augmenté de 1 million en un an, malgré un contexte de marché difficile, grâce notamment à certaines grandes opérations d’introduction en Bourse. Le nombre d’actionnaires individuels est ainsi passé de 6,1 millions en mai 2001 à 7,1 millions en mai 2002, soit 15,9 % des français âgés de 15 ans et plus. Le nombre de porteurs de valeurs mobilières en France a également augmenté. Il est passé de 8,9 millions en mai 2001, soit 20 % des français âgés de 15 ans et plus, à 9,8 millions en mai 2002 (22 %). 5 millions de français de 15 ans et plus, soit 11,2 % de la population, détiennent des titres d’OPCVM, contre 4,7 millions en 2001. Après quatre ans de baisses consécutives, le taux de détention d’obligations se stabilise en 2002. Le nombre de détenteurs d’obligations est de 1,7 million, comme en 2001. Le nombre de détenteurs de contrats d’assurance vie passe de 10,4 millions en 2001 à 11,5 millions en 2002, soit 25,7 % de la population des français âgés de 15 ans et plus. 7,2 % des détenteurs de produits financiers autres que des comptes ou livrets d’épargne ont eu recours en mai 2002 à Internet pour gérer leur portefeuille, contre 5,2 % en mai 2001. Ils représentent 1,1 million d ‘utilisateurs, contre 800 000 en mai 2001. La raison principale d’utilisation d’Internet est la consultation des comptes-titres (80 % utilisent Internet pour ce motif, soit un pourcentage identique à mai 2001). Les autres motifs d’utilisation sont en baisse : la consultation des cours de Bourse : 67 %, contre 85 % en mai 2001, la recherche d’informations sur les sociétés cotées : 52 %, contre 61 %, le passage d’ordre d’achat / de vente de produits financiers : 49 %, contre 58 %. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 17/07/2002)