Cartes mentales gratuites, classement des connaissances sur le web... Ces offres marquent-elles la fin de la carte mentale ? Réponses de Jean Renard, PDG de MindJet, qui lancera en février la nouvelle mouture de MindManager.

Vous proposez une solution de carte mentale payante*. Or la tendance est à la gratuité : plusieurs offres de mind mapping le sont. Sur quel terrain pouvez-vous vous différencier ?
Le marché connaît un succès grandissant, les offres sont du coup logiquement plus nombreuses, et parfois intéressantes. Mais je ne crois pas que nous jouions sur le même terrain. Les offres gratuites le sont souvent, jusqu'à un certain point. Pour plus de fonctions, il faut débourser. Et une fois qu'un service est payant, l'utilisateur réalise une veille pour chercher qui sera le plus efficace. Notre expérience joue en notre faveur. On nous connaît, ce qui sécurise le client. Autre chose : plusieurs de ces solutions ne fonctionnent que sur le web, ou que sur Mac ou Windows. Ce qui fait surtout notre force, c'est de combiner toutes ces déclinaisons. Nous avons aussi étendu le concept vers le business mapping, c'est-à-dire que nous intégrons d'autres applications professionnelles comme Lotus ou Outlook.
Mais ces cartes mentales gratuites n'en sont qu'à leurs débuts. Rien ne les empêche de proposer sous peu ces mêmes services.
Ce qui coûte cher en matière de logiciels, ce sont les logiciels eux-mêmes. Or si vous avez un modèle économique qui ne génère pas beaucoup de cash, vous allez avancer plus lentement.
Face à votre modèle, un autre émerge, celui des solutions 2.0 de classement des connaissances, de recommandations, souvent gratuites elles aussi. Pouvez-vous résister ?
Pour l'instant, je ne les rencontre pas en clientèle, elles n'apparaissent donc pas dans mon radar. Mais oui, elles pourraient nous concurrencer. Elles répondent en effet aux objectifs des utilisateurs en entreprise, qui ont besoin de trouver tous les graphiques, informations, décisions, et projets dont ils ont besoin sur un seul dashboard. Si elles se dirigent vraiment vers cela, alors oui c'est typiquement du mind mapping. Après, il faut voir si le format permet une visibilité simple, une mise en contexte rapide... Car le but n'est pas de mettre plein de données à un même endroit, mais de les synthétiser pour permettre une appréhension et un partage rapides.
C'est ce que nous proposons, donc oui, nous pouvons résister, d'ailleurs nos clients sont de plus en plus nombreux. Les gains qu'ils constatent font toujours la différence. C'est vrai qu'il y a un mouvement clair vers les outils 2.0 en général (wiki, réseaux...). Je pense qu'il s'agit d'un nouveau format d'échanges, plus participatif. Mais notre technologie va dans le même sens. Nous disposons de solutions multi-utilisateurs comme la webconférence par exemple, ou de fonctions de recherche sur un moteur. Plus que se concurrencer, je pense que ces deux manières de travailler vont plutôt se compléter.
*MindJet propose MindManager en licence individuelle à 299 euros ou via abonnement sous forme de SaaS. Cette solution s'adresse plus particulièrement aux entreprises. Elle est facturée 10 euros par utilisateur et par mois.