A moins de s'appeler Yahoo ou MSN, il apparaît un peu illusoire de chercher à concurrencer Google sur le terrain de la recherche sur Internet. Même ces deux derniers ont des difficultés. Lors de...

A moins de s'appeler Yahoo ou MSN, il apparaît un peu illusoire de chercher à concurrencer Google sur le terrain de la recherche sur Internet. Même ces deux derniers ont des difficultés. Lors de notre dossier consacré à "la bataille des moteurs de recherche " nous avions mis en avant le positionnement du moteur de recherche Mirago, spécialisé dans la recherche locale sur Internet, présent en Grande-Bretagne, Allemagne et France.

Aux Etats-Unis, Google s'est lancé dans la publicité locale depuis le mois d'avril. Difficile de lutter contre ce leader même si cette offre n'est pas encore lancée en Europe ?

"Pas nécessairement" répondent de concert les responsables de Mirago, réunis à Paris jeudi dernier. Certes, face aux 350 millions de requêtes effectuées quotidiennement sur Google, les 500 millions de requêtes mensuelles réalisées via Mirago apparaissent bien modestes. Mais le chiffre d'affaires de ce dernier devrait atteindre les 11,5 millions d'euros en 2005, contre 5,2 millions en 2004.

La cause ? Si Mirago est loin d'être entré dans les habitudes des internautes, et encore moins en province, sa technologie d'indexation et de liens sponsorisés a conquis une cinquantaine d'agences de publicité et soutenu un millier de campagnes en ligne, dont certaines réalisées par de grands sites comme Match.com, Meetic.fr, Aquarelle.com ou, dans un domaine différent, celui du Cetelem.

Ces sites de services comptent en effet sur une présence locale affinée et visible pour conquérir de nouvelle parts de marché à mesure que les accès haut débit et le dégroupage se développent dans l'Hexagone. De belles opportunités pour Mirago qui connaîtra peut-être bientôt un autre concurrent de taille : Les Pages Jaunes !
(Atelier groupe BNP Paribas - 17/01/2005)