Google a breveté l'idée d'un téléphone portable organisant des appels d'offre entre opérateurs, de sorte que l'utilisateur peut changer de réseau à sa guise. Un projet séduisant... à concrétiser.

Le spécialiste de la monétisation des mots clefs réfléchit à l'élaboration d'un système permettant notamment de débarrasser les utilisateurs de téléphones mobiles de l'obligation de choisir un seul et même réseau. On voit ici que, si T-Mobile peut distribuer en exclusivité le smartphone HTC basé sur Android aux Etats-Unis, Google ne met pas pour autant tous ses œufs dans le même panier. Un brevet a même été déposé. Celui-ci décrit une application grâce à laquelle un mobile, un ordinateur portable ou tout autre périphérique sans fil pourrait inviter tous les réseaux disponibles à faire offre de leurs services. Les combinés fonctionnant selon ce principe enverront aux réseaux une description de leurs besoins : appel téléphonique,  connexion à Internet, etc. Ils recevront en retour diverses propositions. En fonction des critères de celles-ci - coût à la minute, abonnement forfaitaire etc. - l'utilisateur choisira le réseau qui lui convient le mieux.
Choix manuel ou automatique
Ce choix sera effectué manuellement ou automatiquement par le périphérique. L'inscription sera alors conforme à des paramètres qui y auront été préenregistrés. Le brevet déposé par Google ne spécifie pas les technologies en jeu dans le projet. On peut donc rêver d'un dispositif s'adaptant indifféremment aux réseaux GSM, 3G, Wi-Fi etc. Plusieurs problèmes, en partie technologiques, restent cependant à régler avant qu'un tel dispositif ne voit le jour. Comme l'explique à L'Atelier Pierre Carbonne, consultant à l'Idate, il ne peut de toute façon pas s'agir d'une simple application logicielle. "La solution devra être implémentée au niveau du terminal même, pour qu'il soit capable de repérer les différentes bandes de fréquence présentes sur un même marché." Pour fonctionner à l'international, un téléphone devra par exemple fonctionner sur un très grand nombre de bandes. Ce qui n'existe pas encore. "Mais même dans un seul pays, il existe des différences non seulement entre opérateurs mais aussi entre technologies."
Problèmes technologiques et industriels
"D'autant plus qu'il va y avoir de plus en plus d'allocation de spectres." La multiplication des bandes est donc telle qu'un périphérique pourra difficilement y accéder de façon exhaustive. Autre difficulté : "le terminal devrait à tout moment scanner les différentes offres des opérateurs disponibles. Cette dépense d'énergie est telle que la durée de vie de la batterie risque d'en pâtir." Si les constructeurs venaient à bout de ces difficultés technologiques, le prix des périphériques devrait de toute façon s'en faire ressentir. Il faudrait enfin obtenir l'accord du plus grand nombre d'opérateurs possibles pour que ce système soit vraiment attrayant. Y ont-t-ils intérêt ? "Certains, notamment ceux qui ont de petites parts de marché ou une politique agressive, pourraient être tentés mais les grands acteurs du secteur auront peut être moins intérêt à le faire".