Pour chercher des avis ou comparer les prix avec ceux affichés par les concurrents situés à proximité, le téléphone portable est désormais plébiscité par une tranche de plus en plus nombreuse de la population.

Le mobile confirme son influence en magasin

Près de 30 % des 447 milliards de dollars qui seront dépensés durant les fêtes de Noël le seront par des consommateurs qu'IDC qualifie d'hyper ou moyennement connectés à leur téléphone portable. Dans une étude dédiée à l'impact du commerce via le mobile ou les médias sociaux, le cabinet estime ainsi que ces deux canaux sont désormais considérés comme décisifs. Notamment parce qu'ils donnent plus de latitude aux consommateurs et permettent aux commerçants de s'adresser individuellement à eux, hors ou à l'intérieur de leurs magasins. "Le téléphone portable et les plates-formes collaboratives ne se contentent pas de modifier le moment et le lieu où les individus réalisent des achats", note Greg Girard, responsable du pôle Stratégies du commerce de détail chez IDC. "Il est clair que cette forme de commerce a une influence sur la perception qu'a une personne de la marque et sur ses intentions d'achat".

Comparer prix et avis en magasin

En effet, c'est plus d'un tiers des consommateurs possédant un smartphone – environ 25 % de tous les consommateurs aux Etats-Unis – qui se disent prêt à utiliser leur appareil mobile pour modifier la façon dont ils effectuent leurs courses. Ce, quelque soit le lieu, et en particulier dans les magasins de vente au détail. Une mobilité à l'origine de nouveaux comportements dans les magasins, notamment par rapport à la recherche d'informations sur un produit, qui se fera sur des plates-formes d'avis de consommateurs par exemple. Mais également concernant la vérification de la disponibilité des marchandises ou de la comparaison des prix avec des magasins de proximité. "Autant de comportements qui affaiblissent l'influence immédiate des détaillants sur les décisions d'achat des consommateurs dans les rayons", soulignent les spécialistes.

Les 45-54 ans plus enclins à l'utilisation du mobile en boutique

En terme d'utilisateurs : les résultats de l'étude montrent que les adultes âgés de 25 à 44 ans représentent près des deux tiers des consommateurs hyperconnectés alors qu'ils ne correspondent qu'à la moitié des consommateurs interrogés. Et contre toute attente, ce sont  les adultes de 45 à 54 ans qui sont les plus enclins à l'utilisation du mobile dans les magasins et au moment de leurs achats. "Ils utilisent les prix trouvés sur leur mobile pour négocier ceux affichés en boutique". Toutefois et bien que les médias sociaux aient de plus en plus d'impact auprès des consommateurs, "les détaillants restent la référence la plus importante au moment du passage en caisse", concluent les spécialistes. L'étude a été menée auprès de mille consommateurs américains.