Les techniques d'analyse de données de communication issues des appareils mobiles pourraient être utilisées pour retrouver les influenceurs sur les réseaux sociaux.

Le mobile, un autre révélateur d'influenceurs pour les réseaux sociaux ?

La nécessité de cibler les influenceurs sur les réseaux sociaux n'est plus un secret pour les marques. Mais il reste parfois difficile de les retrouver avec précision. L'étude d'un chercheur polonais démontre qu'il est déjà possible de repérer les influenceurs de la vie de tous les jours, et cela, en analysant les appels reçus par des individus sur leur mobile. Cette étude datée de 2008 et basée sur les réseaux de communications téléphoniques, pourrait apparemment tout aussi bien s'adapter aux diverses formes de réseaux sociaux. Car en effet, sa recherche est concentrée sur la notion particulière de position sociale et sur l'utilisation d'algorithmes mathématiques qui lui ont permis d'obtenir plusieurs méthodes pour déceler un utilisateur parmi d'autres.

Un réseau de 4 millions d'utilisateurs

Les données de télécommunication ont été fournies par l'un des plus grands opérateurs anglais, dont le nom n'est pas révélé dans l'étude. Elles concernent tous les appels téléphoniques passés à Londres du 1er au 31 août 2008, soit près de 122 millions d'appels pour 4 millions 455 000 émetteurs et près de 8.9 millions de destinataires. La position sociale d'un nœud, d'un utilisateur précis, dans la maille du réseau est calculée en fonction de deux paramètres. D'une part, le nombre d'appels reçus par cet utilisateur est pris en compte, d'autre part c'est la durée de l'appel téléphonique qui est considérée. La position sociale est ensuite calculée selon un algorithme mathématique qui relativise ces appels par rapport à l'entièreté du groupe de personnes. Une fois toutes les positions sociales calculées, elles sont évaluées les unes par rapport aux autres afin de les classer.

Une technique fiable

Tous les appels téléphoniques d'une durée égale ou inférieure à 2 secondes ont été écartés pour éviter de prendre en compte les robots et fiabiliser les données sur les durées d'appel. L'auteur de l'étude reconnaît cependant qu'il aurait pu aussi prendre en compte la date des appels et le moment de la journée, ce qui pourrait modifier certaines variables et certaines places d'influenceurs en fonction du moment de la journée. Du reste, ses calculs lui ont permis d'identifier les 15 utilisateurs clefs du réseau fourni. Il s'agit exclusivement de grosses organisations : hôpitaux, banques, administrations, entreprises industrielles ou agence de location de voiture. Ces résultats sont cependant à remettre dans le contexte d'autres études sur les influenceurs. En effet, un groupe d'étude français démontrait récemment que la popularité d'un utilisateur d'un réseau social ne détermine pas toujours l'influence dont il dispose.