Pour retrouver leur rentabilité mise à rude épreuve par la baisse constante des prix des PC, les constructeurs de micro-ordinateurs aux Etats-Unis se sont lancés, dès cet été, dans une nouvelle stra...

Pour retrouver leur rentabilité mise à rude épreuve par la baisse constante des prix des PC, les constructeurs de micro-ordinateurs aux Etats-Unis se sont lancés, dès cet été, dans une nouvelle stratégie, en comptant sur le Web pour se rattraper. Le premier, Compaq a commercialisé une nouvelle gamme de PC Presario dont le clavier comporte des touches Internet qu’il suffit d’enfoncer pour se connecter. De plus, lorsque l’utilisateur accède au site Compaq Easy Internet Access Service, il arrive en fait chez l’opérateur GTE qui lui propose un abonnement mensuel à Internet, à un prix intéressant. Une autre touche du clavier “Recherche immédiate” le dirige vers le moteur Alta Vista et une option “Commerce électronique sécurisé”, lui présente notamment les sites d’Amazon.com ou le Disney Store. Une partie du chiffre d’affaires obtenu grâce aux abonnement Internet est reversé par GTE à Compaq. Avec ces services, Compaq espère réaliser en 2002 environ 1 milliard de dollars et prévoit, d’ici à un an, que 1 million de nouveaux internautes se seront connectés au réseau grâce à Easy Internet Access Service.

IBM n’est pas en reste avec son PC Aptiva. Les utilisateurs de ce nouvel appareil n’ont qu’une touche à enfoncer pour accéder à AOL et disposer de 100 heures de connexion gratuite.

Toutefois, la véritable bataille ne commencera que dans quelques mois lorsque le prix des PC grand public aura encore chuté de plusieurs centaines de dollars. Ayant fait l’objet d’études approfondies ces derniers mois aux Etats-Unis, le modèle économique du Minitel pourrait bien être copié par les constructeurs de PC. Dans certains cas, le PC sera commercialisé de la même façon que le téléphone sans fil aux Etats-Unis: presque gratuitement en échange d’une durée incompressible d’abonnement. Ainsi, le prix de la machine pourrait être intégré dans les différents services payants.

Gateway 2000 vend déjà des micro-ordinateurs à 29 dollars/mois pendant quarante-huit mois (pour un PC à 1 200 dollars). Dès cet hiver, Packard-Bell devrait commercialiser sur le marché américain des machines à moins de 600 dollars. Des fournisseurs d’accès à Internet pourraient bien aussi commercialiser des PC dont le coût d’amortissement ne serait facturé à l’utilisateur que 30 ou 40 dollars par mois.

Le taiwanais Acer, vient, de son côté, de dévoiler une nouvelle gamme de micro-ordinateurs, les XC, basés sur Windows CE qui ne coûteraient pas plus de 200 dollars. (Les Echos - 25/08/1998)