recrutement. L’APEC (http://www.apec.fr) a interrogé, pour la 13ème année consécutive, 3 600 entreprises en France et dans sept pays voisins (Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Luxembourg, Pay...

recrutement. L’APEC (http://www.apec.fr) a interrogé, pour la 13ème année consécutive, 3 600 entreprises en France et dans sept pays voisins (Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, Luxembourg, Pays-Bas et Royaume-Uni) afin de connaître leurs prévisions de recrutement et, pour la première fois cette année, l’utilisation d’Internet dans leur stratégie de recrutement. Selon cette étude, après une année 2000 exceptionnelle pour l’emploi cadres et l’arrivée des premières perturbations dans le panorama économique mondial, 20 % seulement des entreprises européennes (- 3 points par rapport à l’an passé) déclarent vouloir augmenter leur effectif cadre. 5 % (comme l’an passé) déclarent vouloir réduire leur effectif cadre. Les entreprises interrogées prévoient de recruter 565 000 à 605 000 cadres pour 2001-2002, contre 659 000 l’an dernier. 75 % des entreprises européennes disposent d’un site Internet, dont 86 % d’entreprises anglaises, 84 % de néerlandaises, 83 % d’italiennes, contre 62 % pour les françaises et les luxembourgeoises. 37 % des entreprises européennes dotées d’un site Internet proposent des offres d’emploi sur leur site (+ 6 points en un an). Les Pays-Bas (65 %) et l’Allemagne (49 %) sont en tête du peloton pour la diffusion des offres sur leur site. Cependant, les entreprises européennes sont plus nombreuses à recevoir des candidatures sur leur site, qu’à proposer des offres : 53 % (à peine plus que l’an passé). Là encore, elles sont plus nombreuses en Allemagne (80 %) et aux Pays-Bas (65 %). 49 % des entreprises européennes interrogées, possédant ou non un site Internet, utilisent Internet comme moyen de communication pour le recrutement. Les pays d’Europe du Nord (Pays-Bas, Allemagne, Belgique) donnent l’exemple. Ainsi, plus de 80 % des entreprises néerlandaises utilisent Internet pour le recrutement. Partout ailleurs, moins de la moitié des entreprises sont concernées. Avec 30 % seulement d’entreprises utilisatrices, les entreprises françaises arrivent au dernier rang en Europe. Certaines entreprises fortement utilisatrices d’Internet pour le recrutement, comme les entreprises allemandes, sont paradoxalement réservées quant à l’efficacité de l’outil, comme d’autres, peu utilisatrices (anglaises notamment). 31 % des entreprises les plus utilisatrices (81 % des néerlandaises) jugent Internet moins efficace que les moyens traditionnels. A l’inverse, 18 % seulement des entreprises françaises jugent ce moyen moins efficace que les autres, alors qu’elles sont les moins utilisatrices en Europe. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 26/10/2001)