Alors que certaines connaissances et compétences ne s'acquièrent pas obligatoirement par le biais d'un cursus scolaire, Mozilla a choisi de les valoriser par le biais de la ludification.

Mozilla Open Badge valorise les compétences informelles

Apprendre sur le tas n'en rend pas moins compétent, bien au contraire. Pourtant cela n'est pas toujours récompensé par un diplôme ou une expérience permettant d'être ajoutés sur un CV. On pense notamment aux cursus extra-scolaire, aux formations online ou même lorsque l'on construit un projet en collaboration avec d'autres individus. Pour remédier à cela, Mozilla lance la plate-forme Open Badge, un projet qui permet à n'importe qui de faire reconnaître ses qualifications obtenues loin des sentiers battus. Et ces accomplissements, à la manière des scouts, donnent lieu à l'attribution de badges.

Une reconnaissance et des opportunités d'emplois

Le principe est le suivant : les Learners (individus ayant des connaissances obtenues de manière informelle) s'inscrivent sur la plate-forme et reçoivent par l'intermédiaire des organismes d'apprentissage partenaires des badges. Ceux-ci sont alors visibles sur la page personnelle des Learners, qui peuvent alors les partager sur les autres profils qu'ils possèdent sur les différents réseaux sociaux. L'intérêt est qu'ainsi ils puissent avoir une reconnaissance de leur travail, même si celui-ci n'est pas scolaire et donc d'attirer de potentiels employeurs.

Et l'intérêt des entreprises dans tout ça ?

Les Issuers (les organismes distribuant les badges) se voient également offrir une reconnaissance et de la visibilité car, si jusqu'à présent ils n'étaient pas habilités à délivrer un diplôme, ils ont maintenant la possibilité d'offrir une certaine crédibilité aux transferts de connaissances et de savoir-faire qu'ils inculquent. En tout cas, les grands groupes privés et autres organismes publics ont bien compris l'intérêt d'un tel procédé. En effet, Disney-Pixar et la NASA se placent déjà parmi les Issuers, mais ils devraient être très rapidement rejoints par PBS, Intel et même par le Département de l'éducation américain.

Rédigé par Aurore Geraud
Responsable éditoriale