Des scientifiques américains travaillent sur une technologie qui aurait la faculté de faire changer l'encre de couleur, et ce, grâce à la sollicitation de particules d'oxyde de fer par un champ magnétique externe...

Des scientifiques américains travaillent sur une technologie qui aurait la faculté de faire changer l'encre de couleur, et ce, grâce à la sollicitation de particules d'oxyde de fer par un champ magnétique externe.
 
Une équipe de chercheurs de l'université de Riverside en Californie planche actuellement sur une nouvelle technologie qui serait capable de changer la couleur de l'encre grâce une modification du champ magnétique.
 
Des particules qui jouent sur la force du champ magnétique

Ces scientifiques américains ont réussi à contrôler la couleur de minuscules particules d'oxyde de fer suspendues dans de l'eau en appliquant sur cette solution un champ magnétique externe. Cette variation de la force du champ magnétique permet alors de modifier l'agencement des particules d'oxyde de fer dans la solution aqueuse. De cette façon la lumière se réfléchit différemment sur la solution suivant la disposition de ces particules.

"La clé pour élaborer cette technologie réside dans le fait de concevoir une structure de nanoparticules d'oxyde de fer par synthèse chimique de manière à ce que celles-ci s'assemblent elles-mêmes en cristaux photoniques colloïdaux selon un plan tri-dimensionnel dans un champ magnétique", a précis" Yadong Yin, professeur adjoint à l'université de Riverside et directeur de ce projet.
 
Faire varier les longueurs d'onde de la lumière pour changer les couleurs
 
Les cristaux photoniques contrôle le flux de lumière et agissent comme des semi-conducteurs au niveau des photons. Et l'espacement entre les nanoparticules détermine la longueur d'onde de la lumière réfléchie par le cristal photonique, et fait donc varier les couleurs.
                                                                                   
Les chercheurs américains ont ainsi mis à contribution les propriétés superparamagnétiques, c'est-à-dire sensibles au champ magnétique externe, des particules d'oxyde de fer pour faire varier les espacements entre les nanoparticules et ainsi donc déterminer les différentes longueurs d'onde possibles de la lumière.
 
Cette technologie, en plus d'offrir la possibilité de faire changer l'encre de couleur, pourrait trouver des débouchés dans le domaine des écrans numériques et des lasers.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 06/07/2007)