Navigator avait disparu en juin dernier, Netscape l'a réhabilité hier. Navigator, intégré il y a deux mois à un nouveau produit plus riche baptisé "Communicator", a de nouveau une vie autonome. Une ...

Navigator avait disparu en juin dernier, Netscape l'a réhabilité hier. Navigator, intégré il y a deux mois à un nouveau produit plus riche baptisé "Communicator", a de nouveau une vie autonome. Une version Navigator 4.0 incluant un module pour naviguer sur le Web et Netcaster, logiciel permettant de recevoir les informations désirées par l'utilisateur en continu ont été annoncé hier par le vice-président marketing de Netscape, Mike Homer. Pour 39 dollars, Navigator 4.0 devient le produit d'entrée de gamme de Netscape. Microsoft, de son côté, continue de livrer son logiciel "Explorer" gratuitement. Netscape se doit, pour expliquer ce revirement, d'afficher des parts de marché nettement supérieures à celles de son grand rival. Effectivement, absent totalement de ce marché il y a deux ans, Microsoft contrôle aujourd'hui 31 % contre 65 % à Netscape. Intitulée "le rôle diminué de Netscape en tant que superstar d'Internet", une récente étude d'Aberdeen Group, contestée par Netscape, détaille la liste des grandes entreprises informatiques qui vont se trouver en concurrence avec Netscape sur les marchés des logiciels serveurs pour Internet dans les entreprises. Mais les conclusions de cette étude sont sans appel et Netscape ne peut espérer jouer un rôle dominant sur ces marchés hautement lucratifs face à la puissance cumulée de tous ses concurrents. Un malheur n'arrivant jamais seul, la société de conseil KPMG Peat Marwick renonçait, quelques jours plus tôt, à son partenariat avec Netscape (avec 18 000 utilisateurs internes de Navigator) pour se rallier à Microsoft. De son côté, Marimba, qui a permis à Netscape de lancer Netcaster grâce à son produit Castanet, a annoncé jeudi une alliance surprise avec Microsoft. Selon un analyste de Dataquest "c'est l'argent qui a parlé" "Les gens de Marimba tiennent absolument à commercialiser une technologie qui soit un standard et sans le soutien de Microsoft, ils savaient qu'elle ne pourrait pas le devenir". Netscape va de plus en plus avoir du mal à résister à Microsoft et va devoir se trouver des alliés puissants. (Les Echos - 19/08/1997)