Jour après jour, les affaires juridiques mettant en cause de grands groupes industriels ayant utilisé des brevets technologiques déposés par des tiers se multiplient. Hier, Microsoft faisait les...

Jour après jour, les affaires juridiques mettant en cause de grands groupes industriels ayant utilisé des brevets technologiques déposés par des tiers se multiplient. Hier, Microsoft faisait les frais d'une plainte déposée par un informaticien guatémaltèque, clamant que l'éditeur utilisait depuis plusieurs années l'une de ses inventions brevetées. Montant des dommages et intérêts à payer par Microsoft : 8,89 millions de dollars (lire à ce sujet notre article du 07.06.2005 ).

Aujourd'hui, c'est au tour de Nokia d'être accusé de contrefaçon sur une invention brevetée par le Finlandais Jari Lahtinen. Celui-ci avait déposé en 1995 un brevet concernant une innovation qui permet à l'utilisateur d'un téléphone portable de répondre à un appel sans toucher le téléphone mais en appuyant simplement sur le bouton d'un kit mains-libres ou par reconnaissance vocale.

Jari Lahtinen dit avoir contacté Nokia à plusieurs reprises, pour faire profiter à l'industriel de son invention. Déposée en 1995, le brevet n'a été accordé qu'en 2003. Nokia a commencé à exploiter la technologie à partir de la fin des années 1990. La somme qui pourrait être accordée à l'accusation, si la justice estime que Nokia est en faute dans cette affaire, dépendra du volume de téléphones vendus avec la technologie en question... Réponse dans plusieurs années, a priori.

(Atelier groupe BNP Paribas - 08/06/2005)