Nokia semble avoir bien tiré les enseignements de la chute de ses ventes. Le fabricant est toujours le leader de son secteur, mais il a perdu des parts de marché...

Nokia semble avoir bien tiré les enseignements de la chute de ses ventes. Le fabricant est toujours le leader de son secteur, mais il a perdu des parts de marché, passées de 34,6 % au premier trimestre 2003 à 28,9 % au premier trimestre 2004. Une faiblesse qui va en contre-sens de la bonne santé du marché global, qui ne cesse de progresser : le cabinet Gartner estime que plus de 600 millions de combinés seront vendus sur l’ensemble de l’année 2004 (voir article du 10.06.2004). Pour Nokia, tout n’est pas joué cependant, et le finlandais compte bien renouer avec des ventes mirobolantes cette année. Le PDG de Nokia, Jorma Olila, a dévoilé lundi cinq nouveaux téléphones qui répondent soit aux exigences d’innovation du marché, soit aux manques de l’offre du fabricant sur certains segments. Les deux appareils qui seront les plus remarqués seront certainement le 6260, un smartphone avec un écran qui pivote, et le 6630, téléphone de troisième génération conçu pour fonctionner sur les réseaux 3G (WCDMA), EDGE et 2G en Europe, en Asie et sur le continent américain.
    
Ensuite, Nokia s’est attaché à s’enrichir en appareils de milieu de gamme, avec trois nouveaux téléphones : le 6170 avec son appareil photo numérique, le 2600 qui intègre un tableur et le 2650, premier téléphone d’entrée de gamme avec écran couleur chez Nokia.
   
Au total, le groupe prévoit de lancer pas moins de 35 nouveaux modèles cette année. Et Nokia mise beaucoup sur les téléphones intelligents, qui selon ses propres estimations devraient connaître une croissance de 100 % en 2004. Le marché atteindrait alors les 20 millions d'unités vendues. (Atelier groupe BNP Paribas - 15/06/2004)