Le groupe finlandais Nokia n’exclut pas que ses prévisions de croissance pour le deuxième trimestre 2003 soient légèrement revues à la baisse. Il a évoqué les difficultés conjoncturelles qui ...

Le groupe finlandais Nokia n’exclut pas que ses prévisions de croissance pour le deuxième trimestre 2003 soient légèrement revues à la baisse. Il a évoqué les difficultés conjoncturelles qui touchent le secteur des télécommunications, telles que la faiblesse du dollar et l’impact du SRAS sur l’activité en Asie, tout en affirmant que la croissance de ses ventes sur l’année ne serait pas menacée.

Pour le deuxième trimestre 2003, le premier fabricant mondial de téléphones portables estime que la croissance de cette division devrait être dans le bas de la fourchette initialement anticipée, se situant entre 4 % à 12 % sur un an. Ce qui n’empêcherait pas ce secteur de rester très rentable, d’après Nokia. Le bénéfice par action trimestriel après dilution devrait atteindre 0,13 à 0,16 euro, comme prévu, mais les ventes d’équipements de réseaux pourraient se contracter de zéro à 5 %, par rapport au deuxième trimestre 2002.

Le directeur financier de Nokia est néanmoins optimiste pour ce qui concerne l’ensemble du marché des combinés portables pour le trimestre en cours, qui devrait, d’après lui, progresser, tant par rapport au trimestre précédent que par rapport au deuxième trimestre 2002. Le groupe finlandais anticipe une progression de 10 % de ses ventes de mobiles en 2003.

Il prévoit qu’un quart des utilisateurs de portables changeront de téléphones cette année, et espère donc tenir ses objectifs en ce qui concerne les équipements réseaux de troisième génération en 2003. Le groupe aurait déjà enregistré une augmentation de ses parts de marché pour le standard CDMA de téléphonie mobile, atteignant aujourd’hui 30 %, bien qu’il en espérait 35 %.

(Atelier groupe BNP Paribas – 11/06/03)