L’indicateur Digital Business constate que le marché de l’investissement dans les sociétés Internet françaises poursuit sa dégradation. 8 opérations de levées de fonds ont été enregistrées en novemb...

L’indicateur Digital Business constate que le marché de l’investissement dans les sociétés Internet françaises poursuit sa dégradation. 8 opérations de levées de fonds ont été enregistrées en novembre, soit une nouvelle chute de 38 % du nombre de tours de table comptabilisés. La baisse est constante depuis juin dernier. Depuis mars 2001 (49 opérations), la baisse atteint 83 %. Alors qu’au 1er trimestre 2001, on avait enregistré en moyenne 45 opérations par mois, la seconde moitié de l’année s’effondre (juin: 43 opérations, juillet 24, aout 17, septembre 15, octobre 13 et novembre 8). Sur les onze premiers mois de 2001, 308 tours de table ont été enregistrés, soit une chute de plus de 50 % par rapport à la meme période de 2000. Le montant des levées de fonds chute également fortement. Les sociétés Internet françaises ont levée 169,3 millions d’euros en mars 2001, contre 12,1 millions en novembre 2001, soit une chute de 92,9 %. La baisse des investissements en montant est constante depuis avril 2001. Les trois plus grosses opérations de novembre ont été réalisées par Witbe (6,7 millions d’euros), Celuga (2,3 millions d’euros) et Nevrax (2 millions d’euros). Toutefois, 352 opérations sont attendues à ce jour par des sociétés Internet françaises, portant sur 739,3 millions d’euros. Depuis déjà de nombreux mois, l’indicateur Digital Business constate que les premiers tours de table sont toujours les opérations les plus recherchées. Ils représentent 50 % des levées de fonds attendues par les sociétés Internet françaises. 50 entreprises espèrent finaliser des tours d’amorçage dans les prochaines semaines ou les prochains mois. 16 sociétés ont converti leur levée de fonds en recherche de partenaires industriels dans le cadre d’opérations de fusions. En novembre, les premiers tours de table représentent 9,5 millions d’euros sur un total de 12,1 millions. Les opérations de deuxième tour de table et suivants représentent en montants la part la plus importante des levées de fonds attendues: 54 %, contre 41 % pour les projets de premier tour. 71 % des tours de table sont recherchés auprès des capital-risqueurs, contre 10 % auprès des acteurs industriels et 10 % auprès des business angels. Alors que les capital-risqueurs couvrent 81 % des montants attendus, les business angels ne couvrent que 2 %. 273 tours de table au total ont été abandonnés, portant sur 760 millions d’euros. 57 % des opérations abandonnées concernent des premiers tours de table, soit 155 opérations abandonnées. 14 % sont des opérations d’amorçage. 80 % des levées de fonds annulées étaient négociées auprès de capital-risqueurs, 10 % auprès de business angels. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 18/12/2001)