En analysant les sujets à propos desquels un utilisateur a édité et surtout apporté des changements à du contenu (controversé ou non), l'on peut établir s'il tente oui ou non d'imposer son point de vue au détriment d'informations objectives.

Le nombre de modifications effectuées, indice de subjectivité sur Wikipédia

Pour parvenir à juger du parti pris d'un utilisateur actif de Wikipédia, il pourrait être intéressant d'analyser la nature des articles sur lesquels il a effectué des modifications. Le modèle mis au point par des chercheurs de l'institut polytechnique de Rensselaer se base ainsi sur l'ensemble des publications des membres étudiés pour déterminer si oui ou non certains de ceux-ci doivent être bloqués. A noter que selon ses concepteurs, le logiciel n'a pas pour but d'identifier les "vandales", c’est-à-dire ceux qui produisent du faux contenu, parfois insultant, avec pour seul but de nuire à la qualité d'une page. Ces derniers sont en effet aisément  reconnaissables. Au contraire, il s'agit ici de repérer les utilisateurs publiant du contenu "orienté", qui vise à soutenir un point de vue et non à donner une information de façon neutre.

La nature des pages modifiées révèle l'attitude de l'utilisateur

Pour cela, deux critères sont pris en compte, critères qui sont en fait liés l'un à l'autre. Lorsqu'il s'intéresse à un utilisateur, le logiciel relève tout d'abord le part de pages "controversées" dans le total de pages sur lesquelles il est intervenu. Ces pages controversées sont en fait des pages sujettes à de nombreuses modifications, et parfois bloquées par les administrateurs (par exemple les pages relatives aux religions). Mais comme cette seule statistique ne suffit pas, les chercheurs la pondèrent grâce une analyse du contenu des pages non-controversées. Et une forte similitude de celui-ci avec les pages controversées démontrerait une très forte implication personnelle dans un sujet particulier, incompatible avec la démarche neutre et détachée que souhaitent les administrateurs du site.

Une méthode généralisable

Pour les chercheurs, le logiciel développé est intéressant en ce qu'il permet une étude ne se basant absolument pas sur le contenu publié par les membres. Au contraire, en se basant sur des critères neutres et statistiques tels que le nombre de modifications effectués sur une page, l'on évite toute implication subjective dans le jugement de l'utilisateur. Ce qui pourrait, à terme, permettre d'appliquer la méthode à d'autres domaines.