Les systèmes de santé pourraient mieux fonctionner si les patients potentiels arrivaient à identifier eux-mêmes la maladie qui les afflige avec l'aide de systèmes informatiques. Tel est le pari de chercheurs norvégiens.

 

(cliquez pour agrandir)
Les hommes ont l'habitude de l'automédication. Mais s'ils allaient plus loin, et établissaient eux-mêmes le diagnostic sur Internet ? Avec en vue des attentes moins longues dans les hôpitaux et un coût de fonctionnement des systèmes de santé réduit. Tel est le sujet abordé dans le rapport de recherche baptisé "Electronic Healthcare? A study of readiness and Attitude Toward performing Self Diagnosis". Cette étude a porté non seulement sur l'aptitude des populations norvégiennes à s'autodiagnostiquer, mais aussi sur les facteurs techniques qui faciliteraient cet usage.
 
Une borne, oui, mais plus de médecin
 
Il en résulte que les habitants les plus préparés sont les amateurs de nouvelles technologies. L'étude montre aussi que la fréquence d'utilisation d'un tel outil sur Internet dépend essentiellement d'un facteur : les malades n'utiliserons les systèmes d'autodiagnostic que si cela signifie qu'ils n'iront pas chez le médecin.
Ce facteur est même plus important que l'interface utilisateur, même si cette dernière a son importance. Cela pose évidemment des problèmes sur la confidentialité d'une borne en self-service ou d'un ordinateur domestique.
 
Des conséquences inquiétantes ?
 
Sans compter qu'il faudra régler le cas où la personne n'arrive pas à designer précisément les zones de douleurs, ne se souvient pas de la date d'apparition de symptômes ou oublie l'usage de médications qui pourraient provoquer des effets secondaires. Enfin, toute la médecine est basée sur l'auscultation. Qu'en reste t-il si les patients rencontrent moins leur médecin ? Pour l'anecdote, l'étude est partie de Tor W. Andreassen, un professeur de marketing au sein de l'école norvégienne de management. Celui-ci attendait depuis trop longtemps chez le médecin avec un enfant toussotant et maladif, et s'est alors posé la question d'un tel service.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 03/09/2007)