Le numéro un des moteurs de recherche a ouvert mardi soir (heure américaine) son service Google Base. Son lancement a-t-il été anticipé du fait de sa découverte imprévue par un...

Le numéro un des moteurs de recherche a ouvert mardi soir (heure américaine) son service Google Base. Son lancement a-t-il été anticipé du fait de sa découverte imprévue par un blogger anglais ? Il est permis de le supposer. Toujours est-il que désormais, chaque internaute peut diffuser librement et gratuitement les contenus de son choix via la gigantesque base de données mise en place par le moteur de recherche.
Google Base : comment ça marche ?
Les possibilités sont énormes. Google Base se présente comme une gigantesque base de données permettant à tout un chacun, particulier ou entreprise, de mettre en ligne les contenus de son choix. Pour chaque contenu mis en ligne, une page de présentation disposant de sa propre adresse (URL) est générée automatiquement. Offres d'emploi, annonces immobilières ou automobiles, appels d'offre, recettes de cuisine, cours universitaires ou oeuvres caritatives : tout peut - et doit, selon Google - transiter par Google Base.

En quelques clics, nous avons mis notre article en ligne sur Google Base (cliquez pour agrandir)
Objectif ? Que le moins aguerri des internautes ou le plus habile des commerçants parvienne à mettre en ligne ses produits, ses photos ou ses petites annonces sans encombre. C'est là que réside la force de Google Base : il est ouvert à tous et semble convenir aussi bien aux desseins professionnels qu'aux envies personnelles.
Par exemple, nous avons pu mettre en ligne le corps de cet article sur Google Base en quelques minutes seulement et une recherche sur "Atelier" dans le moteur de recherche dédié nous permet de le retrouver aisément. L'inscription d'un article dans la base se fait simplement via un formulaire qui permet de déterminer la catégorie dans laquelle il doit prendre place, le titre de l'annonce et les mots clés qui lui correspondent.
Des filtres ont visiblement été mis en place, pour éviter la propagation de contenus illégaux ou immoraux. Pour le moment, aucune limite de temps pour notre annonce n'est indiquée, même si la durée semble ne pas pouvoir dépasser 31 jours.

L'insertion d'un produit ou d'une annonce se fait simplement, via un unique formulaire(cliquez pour agrandir)
Pour les professionnels, Google Base va plus loin : un système d'intégration de masse permet aux entreprises de placer directement leurs nombreux contenus en ligne. Elles n'ont qu'à soumettre ces derniers sous la forme d'un flux XML pour que l'enregistrement se fasse de façon automatique.
Des enjeux pharaoniques : rival d'eBay, et plus encore ?
Si les possibilités sont très importantes, les enjeux ne le sont pas moins. Pour Salar Kamangar, vice président en charge de la gestion des produits chez Google, le projet dépasse de loin les simples petites annonces. Puisque Google Base permet de stocker tout type d'information, il s'agit selon lui d'un moyen de dépasser les contraintes du référencement traditionnel. Les moteurs de recherche traditionnels indexent les contenus du Web et classent les informations verticalement en fonction de leur pertinence présumée. Immanquablement, un grand nombre d'entre elles passe à la trappe.
Avec Google Base, l'indexation se fait verticalement mais aussi horizontalement, par le biais d'une catégorisation et l'adjonction, pour chaque annonce, de mots clés associés (à la façon des tags utilisés par le moteur de recherche dédié aux blogs Technorati ).
L'ambition de Google est de mettre rapidement et simplement ceux qui recherchent une information ou un produit avec ceux qui la ou le proposent. Tout va dans ce sens : une page Web par produit, une adresse email dédiée valable le temps que l'annonce est en ligne, l'incorporation d'une vignette Google Maps pour situer le vendeur potentiel, etc. Aller plus loin dans la recherche d'information, dépasser le modèle actuel de l'indexation et du référencement par les robots et... la possibilité d'engranger de prodigieuses recettes.

La recherche peut être affinée en fonction des catégories (cliquez pour agrandir)
Plusieurs analystes s'accordent à dire qu'avec Google Base, le numéro un des moteurs de recherche est à même de faire un bond fracassant dans la mare de 100 milliards de dollars que représente le marché des petites annonces. Avec, en ligne de mire, les poids lourds du secteur comme eBay ou Craigslist, qui font par ailleurs partie des principaux annonceurs de Google.
Nombreux sont ceux que cette annonce laisse circonspects. Faut-il avoir peur des visées hégémoniques de Google ? Ce prodigieux outil séduira-t-il les foules ou ne risque-t-il pas, au contraire, de les effrayer par ses innombrables possibilités ? D'ailleurs, le service est-il parfaitement sûr ?
Autre question, qui pour le moment reste en suspens : quel modèle économique Google compte-t-il associer à ce service ? Proposera-t-il à ceux qui utilisent Google Base d'acheter de la publicité pour leurs produits, fera-t-il payer les enregistrements d'annonce, prendra-t-il une commission sur les éventuelles transactions réalisées, qu'au passage nous pourrions vraisemblablement bientôt payer via Google Wallet ?
Au vu des nombreuses fonctionnalités liées à la publication de petites annonces comme la localisation du vendeur, le moyen de paiement est à peu près la seule option qui fait défaut à Google par rapport au numéro un du secteur, eBay. Pour le moment, aucun outil véritablement commercial n'a été incorporé à Google Base, mais les essais préliminaires du moteur de recherche montrent bien que cette éventualité est envisagée.
Après ce test, l'Atelier suivra bien sûr de près le phénomène...
A ce sujet, lire aussi :

Google Base se précise grâce à Google Automat ! (10/11/2005)
Bubble or Google ? (04/11/2005)
Google expérimente un nouveau service : Google Base (maj) (26/10/2005)
Alexandre Laurent, pour l'Atelier
(Atelier groupe BNP Paribas - 15/11/05)