Hier, la Société Civile des Producteurs Phonographiques (SCPP) annonçait qu'elle allait déposer une requête auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés (Cnil) pour être autorisée à...

Hier, la Société Civile des Producteurs Phonographiques (SCPP) annonçait qu'elle allait déposer une requête auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés (Cnil) pour être autorisée à utiliser un logiciel de détection automatique des internautes qui téléchargent massivement des fichiers sur les réseaux de P2P.

Cette autorisation, si elle est accordée, modifiera-t-elle le paysage du téléchargement sur ces réseaux, alors que l'on s'aperçoit que toutes les actions menées par l'industrie musicale et filmique demeurent sans résultat sur les chiffres du P2P.

Le dernier rapport de l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) sur les technologies de l'information révèle que les réseaux de peer-to-peer ne faiblissent pas, bien au contraire. Elle estime à 10 millions le nombre d'adeptes de l'échange de fichiers via ces réseaux dans le monde. Celui-ci est donc en progression de 30 % par rapport à 2003.

Autre grande trouvaille de l'OCDE : si les Etats-Unis demeurent le pays le plus adepte des réseaux P2P, avec 55,4 % d'utilisateurs, d'autres pays se font de plus en plus remarquer. Il s'agit du Canada, dont la participation aux réseaux P2P dans le monde a crû de 4,5 % entre janvier 2003 et janvier 2004, et de la France, dont la présence a crû de 4,4 % sur les réseaux avec une participation de 7,8 % à l'utilisation mondiale du P2P. Parallèlement à ces deux évolutions, les Etats-Unis ont vu leur participation dans le téléchargement illégal baisser de 23,5 %.

Du côté des contenus, l'OCDE remarque que la part des fichiers vidéo sur l'ensemble des téléchargements a crû de manière significative. Cette tendance est particulièrement remarquée sur le vieux continent : selon l'OCDE, cette avancée européenne s'explique par l'utilisation plus importante d'eDonkey, qui facilite les téléchargements plus lourds.

(Atelier groupe BNP Paribas - 12/01/2005)